Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Management des voies aériennes chez la femme enceinte : enquête de pratique en 2018

Résumé : L’émergence des techniques neuraxiales a permis de réduire la mortalité maternelle en anesthésie obstétricale. Ceci a entraîné une baisse des anesthésies générales (AG). Les risques d’inhalation et d’intubation difficile sont des complications connues et redoutées en obstétrique. En réponse, des précautions sont à appliquer : évaluation de la filière oropharyngée, prophylaxie anti acide, intubation obligatoire, et manœuvre de Sellick. Ces précautions sont maintenant remises en cause. Le but principal de notre étude était d’évaluer l'attitude des anesthésistes français sur la gestion des voies aériennes supérieures en anesthésie obstétricale. Les objectifs secondaires étaient de savoir quel algorithme pour intubation difficile était utilisé, et de connaître la place à donner aux dispositifs supra-laryngés (DSL). Méthodes : nous avons réalisé une étude prospective descriptive observationnelle sous la forme d’un questionnaire proposé aux médecins anesthésistes-réanimateurs (MAR) français. Entre juin et juillet 2018, un questionnaire de 42 items était disponible sur le site de la SFAR. Les premières questions permettaient de caractériser le profil des répondeurs en termes d’expérience et de type de pratique. Les points d’intérêt étaient les connaissances physiopathologiques, la gestion des voies aériennes et les drogues anesthésiques utilisées dans 3 situations (AG en obstétrique, AG pour césarienne programmée, et AG pour césarienne urgente), la manœuvre de Sellick, et l’utilité des DSL. Résultats : au total, 561 MAR ont répondu au questionnaire. Les réponses concernant la manœuvre de Sellick étaient : efficace pour prévenir la régurgitation : oui à 43 % ; fidèle à sa description, oui à 62 % ; cause de complications, oui à 66 % ; augmentation de la difficulté d’intubation, oui à 81 %. Les questions suivantes étaient répétées dans 3 situations : chirurgie non obstétricale (CNO), césarienne programmée (CP), césarienne en urgence (CU). L’hypnotique privilégié était le Propofol quel que soit le type d’intervention. Un curare était utilisé dans plus de 95 % des cas. La Célocurine était le médicament de choix. Les répondeurs considéraient les DSL comme des outils de recours en cas d’échec d’intubation en première intention : 21 % en CP et 35 % en CU ; dans plus de 87 % des cas en CU en seconde intention. Conclusion : concernant la manœuvre de Sellick, les répondeurs sont peu convaincus par son efficacité et plutôt convaincus par les risques et complications associés. Ces résultats vont dans le sens de la baisse de réalisation de cette manœuvre et s’accordent aux récents questionnements quant à son utilité réelle. Concernant les questions liées aux échecs d’intubation, et notamment dans le cadre de l’urgence, les répondeurs utilisent peu les DSL en première intention après échec d’intubation. Pourtant, il est bien reconnu que la multiplication des tentatives d’intubation peut entraîner de nombreuses complications.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03174814
Contributor : Scd Université de Montpellier <>
Submitted on : Friday, March 19, 2021 - 3:08:14 PM
Last modification on : Tuesday, June 22, 2021 - 11:36:02 AM

File

HERNANDEZ Jennifer_thèse 2e e...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03174814, version 1

Citation

Jennifer Hernandez. Management des voies aériennes chez la femme enceinte : enquête de pratique en 2018. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03174814⟩

Share

Metrics

Record views

16

Files downloads

14