Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Analyse qualitative des différents concepts de fin de vie chez les médecins généralistes des Alpes-Maritimes et implications dans la pratique

Résumé : Introduction : malgré la promulgation de la loi Léonetti Claeys, le débat sociétal sur la fin de vie est toujours d’actualité. En effet, des associations citoyennes s’engagent dans l’optique de légaliser l’aide active à mourir tandis qu’une part des demandes d’euthanasie en Belgique émane de patients Français. Ces derniers ont une volonté de mourir à domicile. Ainsi, le médecin généraliste, acteur central de la prise en charge en médecine de ville, peut-être au centre de ces enjeux. Nous avons voulu explorer comment les médecins généralistes intègrent l’évolution de ces demandes dans leurs représentations des concepts de la fin de vie. Objectif principal : l’objectif principal de notre étude est d’identifier les éléments de réflexion des médecins généralistes pouvant accompagner l’évolution des pratiques. Matériels et méthodes : il s’agit d’une étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés auprès de 12 médecins généralistes des Alpes-Maritimes d’août à octobre 2019. Les entretiens abordaient des situations de fin de vie autour de la sédation et de la demande d’euthanasie. Le guide traitait également du suicide médical assisté, de la perception du rôle du médecin généraliste dans la fin de vie et des difficultés rencontrées. Résultats : pour la plupart des médecins, la sédation est représentée comme une mort naturelle et l’euthanasie par une mort intentionnelle. Toutefois, des confusions peuvent survenir quant à la finalité de l’acte et à la terminologie terminale liée à la sédation. Les médecins généralistes se questionnent sur l’euthanasie, principalement autour du patient en fin de vie présentant une souffrance morale inhérente à sa condition et de la personne âgée grabataire. Il n’en reste pas moins des réticences liées à l’instabilité des choix des patients et aux valeurs des médecins généralistes portées à la déontologie médicale. Plus globalement, les médecins généralistes peinent à trouver leur place dans la fin de vie à domicile, devant une offre de soins trop hétérogène. Conclusion : la fin de vie reste un sujet crucial de notre société. Devant le vieillissement de la population, les questions risquent de s’accentuer. Ainsi, l’enjeu des soins palliatifs à anticiper des niveaux d’intervention de soins autour de trajectoires type de fin de vie semble essentiel. Ceci peut s’accompagner d’une formation plus précoce de la médecine palliative par une approche holistique du patient. Pour cela, il serait nécessaire de réintégrer la mort dans les mœurs sociétales et médicales afin de démocratiser la culture palliative. En cas d’une mise en marche vers l’euthanasie, il semblerait que la législation Québécoise, prévue pour des patients en fin de vie, encadre mieux certaines exigences des médecins interrogés.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03187027
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice <>
Submitted on : Wednesday, March 31, 2021 - 3:59:51 PM
Last modification on : Wednesday, July 21, 2021 - 3:20:48 AM

File

2020NICEM176.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03187027, version 1

Citation

Mouna Oulhaci. Analyse qualitative des différents concepts de fin de vie chez les médecins généralistes des Alpes-Maritimes et implications dans la pratique. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03187027⟩

Share

Metrics

Record views

6