Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La France face à la poliomyélite : épidémies, prophylaxies, répercussions de la maladie

Résumé : « La poliomyélite est comme le « Hurricane », ce vent d’orage que nous avons en Floride. Il vient et détruit tout. Quand il est passé, il faut tout reconstruire. » Cette citation du Docteur Gros parue dans le journal Le Petit Journal à la fin des années 30 est révélatrice du danger d’une épidémie de poliomyélite et des violences qu’elle entraîne. Comme beaucoup de maladies nous retrouvons ses traces depuis l’antiquité (la plus ancienne victime connue serait Roma le Gardien, prêtre dévoué à la déesse Astarté). Ce n’est véritablement qu’au XIXe siècle que la maladie est décrite, puis étudiée, notamment par des chercheurs anglais au cours d’épidémies qui ont secoué l’Angleterre. C’est essentiellement à travers l’étude de la presse française que j’ai cherché des traces de la poliomyélite. Mon but était de dessiner une carte de la maladie sur le territoire français du début du XXe siècle à sa moitié. Pour ce faire, j’ai consulté 42 journaux (principaux quotidiens, presses thématiques, presse locale et régionale) mais très peu d’articles faisaient mention de la poliomyélite. La plupart du temps, un article mentionnait un cas ou deux dans un village et cela s’arrêtait là. Il était rare de voir plusieurs articles abordant la même épidémie sauf en cas de contagion de plusieurs personnes au sein d’une même communauté. En France, la poliomyélite s’est surtout illustrée au cours de l’année 1930 dans l’est du pays (Moselle, Haut-Rhin et surtout le Bas-Rhin) où une grosse épidémie a éclaté au cours de l’été. De juillet à septembre, 547 cas de poliomyélite ont été recensés dans plus de 300 articles de journal. Plus que de recenser les victimes, c’est aussi le contexte psychique ou psychologique de la maladie qui était séduisant d’appréhender : le plus gros danger d’une société est l’apparition, puis le développement d’une maladie. C’est la nature épidémique qui instaure la peur et crée un climat de tensions permanentes, alimenté notamment par les articles de presse et, surtout, la rumeur. D’ailleurs, il est intéressant de noter que l’État est vigilant et réactif : il met tout en oeuvre pour contenir et éliminer la menace épidémique, mais également démentir les rumeurs (à travers des déclarations officielles à la presse) et rassurer une population agitée et inquiète. Avec le renouveau des lois sanitaires, et surtout depuis la révolution pasteurienne, des méthodes prophylactiques ont été instaurées pour réagir vite en cas de manifestation épidémique dans le but de ne pas laisser la contagion se développer et former un foyer infectieux incontrôlable. À cette époque, la vaccination existait déjà pour certaines pathologies mais pas pour la poliomyélite. La contracter était quasiment synonyme de mort ou bien de séquelles lourds, douloureux ou permanents. Les traitements étaient essentiellement prophylactiques, avec des effets plus ou moins variables selon les techniques utilisées et les victimes soignées. L’utilisation de sérums a beaucoup été utilisée afin d’endiguer le développement de la maladie mais les résultats n’étaient pas suffisants pour que cette technique soit diffusée plus largement. Concrètement, une fois la poliomyélite déclarée, l’objectif médical était de garder en vie la victime en espérant que les séquelles physiques soient les moins lourds possibles. Au final, on essayait surtout d’apprendre aux victimes ayant survécu de vivre avec les paralysies. Adaptation et rééducation étaient employées, plus particulièrement avec les enfants ayant plus de chance de récupérer que des adultes. C’est dans ce but que des centres de rééducation ont ouvert leurs portes, comme celui de Saint-Fargeau où des petits patients venaient notamment réapprendre à marcher. Finalement, il faudra attendre les années cinquante afin d’obtenir un vaccin efficace. Élaboré par le chercheur américain Jonas Salk, le Vaccin Poliomyélitique Inactivé Injectable (VPI) sera suivi par le Vaccin Poliomyélitique Oral (VPO) développé par Albert Sabin. Par ces découvertes, l’éradication de la maladie devient mondiale : depuis 1988 le nombre de cas a diminué de 99%, passant de 350 000 cas à 33 cas en 2018. Le virus sauvage se retrouve seulement dans deux pays : l’Afghanistan et le Pakistan mais les cas dus au virus vaccinal augmentent d’année en année, d’où de nouvelles préoccupations.
Mots-clés : Poliomyélite Épidémies
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03193351
Contributor : Le Mans-Laval Université <>
Submitted on : Thursday, April 8, 2021 - 5:25:12 PM
Last modification on : Tuesday, August 24, 2021 - 3:13:21 AM

File

Charmot 2017.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03193351, version 1

Collections

Citation

Guillaume Charmot. La France face à la poliomyélite : épidémies, prophylaxies, répercussions de la maladie. Sciences de l'Homme et Société. 2017. ⟨dumas-03193351⟩

Share

Metrics

Record views

2

Files downloads

3