Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Infections urogénitales basses à gonocoque et Chlamydia trachomatis : retour d'expérience des difficultés rencontrées par les médecins généralistes

Résumé : Introduction : depuis 20 ans, on observe en France une réémergence des infections à gonocoque et Chlamydia trachomatis, cette hausse reste constante comme en témoigne l’augmentation respective de leurs diagnostics de +21% et +29% entre 2017 et 2019. L’objectif était d’évaluer les difficultés rencontrées par les médecins généralistes lors de leur prise en charge et de proposer des moyens d’amélioration. Matériels et méthodes : nous avons réalisé une étude qualitative sous la forme de quatre par focus group dans le cadre d’une évaluation de pratique des médecins généralistes, au total 15 médecins généralistes ont participé. L’analyse des données se voulaient d’abord descriptive par la transcription verbatim des discussions enregistrées. Ensuite les idées principales étaient regroupées en thèmes généraux et enfin une analyse interprétative des résultats était rendue. Résultats : les principaux freins à la prise en charge étaient l’absence de traitement systématique, la difficulté du diagnostic clinique par une présentation souvent paucisymptomatique, ou encore le malaise du médecin et du patient. En pratique les médecins interrogés ne mettaient pas en place de suivi des infections à gonocoque et à Chlamydia trachomatis. Les pistes d’amélioration portaient sur le dépistage, ils souhaitaient la possibilité pour les patients de réaliser les dépistages sans ordonnances dans n’importe quel laboratoire de ville. Le mode de dépistage était à perfectionner selon eux par des tests de détection rapide similaire au bandelette urinaire, afin de pouvoir débuter un traitement rapidement. Enfin ils étaient favorables au développement de cours dédiés à la sexualité tout au long de la scolarité, ayant pour objectif de lever le tabou sur les IST et de renforcer la prévention. Conclusion : la réalisation de tests de dépistage du VIH sans ordonnance, sont en cours d’étude, les résultats permettront peut-être d’élargir cette possibilité pour les autres IST, dont l’incidence ne fait qu’augmenter et dont le panel de dépistage doit évoluer. La notification partagée aux partenaires pourrait être une option supplémentaire pour lutter contre les infections à gonocoque et Chlamydia trachomatis depuis que la déclaration obligatoire du gonocoque a été abrogée.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03198272
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, April 14, 2021 - 4:29:42 PM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:35:23 PM
Long-term archiving on: : Thursday, July 15, 2021 - 7:08:47 PM

File

THESE THOMELIN Benjamin 12-02-...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03198272, version 1

Collections

`

Citation

Benjamin Thomelin. Infections urogénitales basses à gonocoque et Chlamydia trachomatis : retour d'expérience des difficultés rencontrées par les médecins généralistes. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03198272⟩

Share

Metrics

Record views

51

Files downloads

105