Place de la PCR oropharyngée Kingella kingae, dans les suspicions d'infections ostéo-articulaires des enfants âgés de 6 à 48 mois. Expérience d'un service d'urgences pédiatriques marseillais - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Place de la PCR oropharyngée Kingella kingae, dans les suspicions d'infections ostéo-articulaires des enfants âgés de 6 à 48 mois. Expérience d'un service d'urgences pédiatriques marseillais

Abstract

Introduction : l’infection ostéo-articulaire (IOA) aiguë, est une pathologie plus fréquente chez les enfants de moins de 5 ans. Kingella kingae (KK), est portée asymptomatiquement dans l’oropharynx de ces jeunes enfants, et est reconnue depuis une dizaine d’années, grâce à l’essor de la PCR (réaction de polymérisation en chaîne), comme la principale cause des IOA chez les enfants âgés de 6 à 48 mois. Le diagnostic d’IOA à KK est difficile et requiert une perspicacité élevée. La concomitance d’une IOA suspectée et d’un portage oropharyngé à KK a été montrée comme étant une bonne approche du diagnostic étiologique de l’IOA. Compte tenu de la difficulté du diagnostic et de la morbidité potentielle, la PCR oropharyngée KK dans les IOA infantiles pourrait avoir un réel bénéfice pour un diagnostic précoce et une optimisation thérapeutique, tous deux essentiels à un meilleur pronostic. Méthodes : il s’agit d’une étude observationnelle, monocentrique, rétrospective du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2019. Ont été inclus les enfants âgés de 6 à 48 mois, se présentant pour une impotence fonctionnelle aiguë d’un membre, non traumatique, et chez lesquels une PCR KK oropharyngée a été réalisée. Deux groupes d’enfants ont été comparés en fonction du résultat de leur PCR oropharyngée KK négative ou positive. Les données épidémiologiques, cliniques, biologiques, radiologiques et thérapeutiques ont été rapportées. Il a été considéré qu’un patient était atteint d’une IOA si la durée de l’antibiothérapie était supérieure ou égale à 5 jours. Résultats : un total de 84 patients a été inclus avec une moyenne d’âge de 23 mois. 28 enfants avaient une PCR oropharyngée KK positive et 56 une PCR négative. Ceux ayant une PCR oropharyngée KK positive ont reçu une durée d’antibiothérapie plus longue, en moyenne de 12,5 jours contre 5,2 jours si celle-ci revenait négative (p = 0,009). Conclusion : chez des enfants de 6 à 48 mois ayant une impotence fonctionnelle aiguë d’un membre, non traumatique, la pratique d’une PCR KK oropharyngée permet au clinicien d’instaurer ou non une antibiothérapie courte pour éviter de laisser évoluer une IOA supposée à KK, dont l’affirmation du caractère bactérien nécessite de recourir à des techniques radiologiques ou chirurgicales difficiles à réaliser.
Fichier principal
Vignette du fichier
Thèse finale Impression.pdf (2.22 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03200266 , version 1 (16-04-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03200266 , version 1

Cite

Olympe Gaudray. Place de la PCR oropharyngée Kingella kingae, dans les suspicions d'infections ostéo-articulaires des enfants âgés de 6 à 48 mois. Expérience d'un service d'urgences pédiatriques marseillais. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03200266⟩
85 View
301 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More