Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les facteurs associés à la prescription d’une corticothérapie systémique chez les patients présentant une exacerbation aiguë de bronchopneumopathie chronique obstructive

Résumé : Introduction : l’exacerbation de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est un motif fréquent de recours aux urgences. Les recommandations sur l’introduction d’une corticothérapie systémique sont imprécises pour la pratique des médecins.
Notre objectif était d’étudier les facteurs associés ou non à l’introduction d’une corticothérapie systémique aux urgences chez les patients présentant une exacerbation aiguë de BPCO.
Méthode : une étude observationnelle, rétrospective, mono centrique fut réalisée du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2018, au sein du service d’accueil des urgences du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nice, sur des patients de plus de 18 ans admis avec un codage diagnostic de « BPCO épisode aigu » sur les logiciels informatiques et orientés vers un retour à domicile ou un service d’hospitalisation préalablement sélectionné. Différents facteurs cliniques, paracliniques et thérapeutiques pouvant être liés à l’introduction d’une corticothérapie ont été analysés. Nous avons également étudié les posologies utilisées et la continuité thérapeutique en service d’hospitalisation. Nos statistiques ont été réalisées pour l’analyse univariée avec un test du 2 et pour l’analyse multivariée avec un modèle de régression logistique.
Résultats : sur 659 patients étudiés, 393 patients ont été inclus avec un âge moyen de 69,3 ans. Le tabagisme était le facteur de risque principal. Un faible taux de C-réactive protéine (CRP), un taux élevé d’éosinophiles, ainsi que l’administration importante d’aérosols de bronchodilatateurs de courte durée d’action sont des facteurs associés à une plus grande introduction de corticothérapie aux urgences (respectivement p = 0,05, p = 0,0028 et p < 0,0001). L’analyse multivariée a mis en évidence qu’un taux élevé de globules blancs et de polynucléaires éosinophiles, ainsi qu’un nombre important d’aérosols de BronchoDilatateurs de courte durée d'action (BDCA), ont un effet positif significatif sur l’introduction de corticoïdes systémiques. Dans la majorité des cas, la posologie de corticoïdes prescrite est trop élevée, proche de 66 mg par jour. En matière de corticothérapie, il existe une concordance des pratiques professionnelles dans 63,5 % des cas entre le service d’accueil des urgences et les services d’hospitalisation.
Discussion : logiquement, la gravité du patient semble plus fréquemment inciter les praticiens à introduire une corticothérapie systémique aux urgences. Certains profils biologiques, dits « hyper éosinophiles », ont des sensibilités accrues à cette thérapeutique. L’étude de certains biomarqueurs semble être une piste pertinente pour améliorer la prise en charge thérapeutique de ces patients. L’approfondissement de ce travail pourrait permettre d’aboutir à des protocoles d’aide à la prescription de la corticothérapie systémique aux urgences.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03206394
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, April 23, 2021 - 11:54:05 AM
Last modification on : Saturday, November 6, 2021 - 3:23:08 AM

File

2021NICEM034.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03206394, version 1

Citation

Alice Gastin. Les facteurs associés à la prescription d’une corticothérapie systémique chez les patients présentant une exacerbation aiguë de bronchopneumopathie chronique obstructive. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03206394⟩

Share

Metrics

Record views

8