Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le lichen scléro-atrophique vulvaire chez la femme ménopausée : les médecins généralistes sont aussi concernés par sa prise en charge

Résumé : Le lichen scléro-atrophique (LSA) vulvaire est une dermatose inflammatoire chronique cutanéo muqueuse qui concerne environ 3 % des femmes ménopausées. Il peut entrainer un retentissement majeur sur leur qualité de vie, et il existe un risque de transformation cancéreuse dans 3.5 à 5 % des cas. Il est donc important de le dépister et de le traiter. Ce rôle revient souvent au médecin généraliste. L’objectif de cette étude était de décrire les pratiques initiales de diagnostic, de traitement et de suivi du LSA vulvaire chez la femme ménopausée par les médecins généralistes. Matériel et méthode : il s’agissait d’une étude quantitative descriptive. Un questionnaire a été créé sous la forme d’un cas clinique progressif autour d’une femme ménopausée présentant une symptomatologie vulvaire, et envoyé aux médecins généralistes de France via les CDOM et URPS. Résultats : au total, 469 médecins généralistes ont participé. 83 % d’entre eux réalisaient un examen clinique devant une femme ménopausée présentant une plainte vulvaire. Parmi eux, 57 % posaient le diagnostic certain de LSA, 22 % l’évoquaient. Quand le diagnostic de LSA était certain, 59 % des médecins adressaient la patiente à un gynécologue ou un dermatologue, 41 % prescrivaient des dermocorticoïdes. Quand le diagnostic de LSA était évoqué parmi d’autres diagnostics, 57 % des médecins prescrivaient un traitement de première intention dont 66 % un traitement autre que des dermocorticoïdes (76 % contre l’atrophie vulvo-vaginale). Quand le diagnostic de LSA n’était pas évoqué, 73 % des médecins prescrivaient un traitement de première intention dont 92 % un traitement autre que des dermocorticoïdes (74 % contre l’atrophie vulvo-vaginale). Conclusion : les médecins généralistes avaient une prise en charge du LSA globalement adaptée, quand le diagnostic était certain. Toutefois, il semblait exister une réticence à prescrire des dermocorticoïdes. Les différences cliniques et thérapeutiques entre LSA et atrophie vulvo-vaginale semblent importantes à connaitre pour une meilleure prise en charge du LSA.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03206949
Contributor : Scd Université de Montpellier Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, April 23, 2021 - 4:50:25 PM
Last modification on : Monday, October 11, 2021 - 1:25:04 PM
Long-term archiving on: : Saturday, July 24, 2021 - 6:52:05 PM

File

PILLOT Carine_thèse.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03206949, version 1

Collections

Citation

Carine Pillot. Le lichen scléro-atrophique vulvaire chez la femme ménopausée : les médecins généralistes sont aussi concernés par sa prise en charge. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03206949⟩

Share

Metrics

Record views

29

Files downloads

11