Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Du prélèvement de l’hémoculture à l’administration de l’antibiothérapie efficace : ouverture de la boîte noire d’un processus socio-économique multi-étapes. «Sepsis en médecine, à la recherche du temps perdu»

Résumé : L’adaptation le plus précocement possible d’une antibiothérapie probabiliste aux données microbiologiques dans le cas d’une bactériémie constitue un enjeu majeur en infectiologie. De nombreuses étapes sont nécessaires entre le prélèvement de sang pour sa mise en culture et l’adaptation du traitement. L’objectif de notre étude observationnelle transversale était d’apprécier la variabilité de ces différentes étapes et de rechercher sur l’ensemble du processus les causes récurrentes de retard potentiellement évitable. MATÉRIELS ET MÉTHODES : toutes les données horodatées des étapes de prise en charge des hémocultures (HAA) prélevées au CHU de Montpellier en janvier 2016 ont été extraites du système d’information hospitalier ainsi que l’ensemble des modifications ou initiation d’une antibiothérapie. Une analyse rétrospective des dossiers a été conduite pour confirmer le lien de causalité entre les différents résultats et les adaptations thérapeutiques. RÉSULTATS : 3098 HAA ont été enregistrées au laboratoire en janvier 2016, le délai médian du prélèvement à l’incubation au laboratoire de 9,10h (IQ3 [3,4; 15,4]) était significativement allongé de 2,53h (IQ3 [2,42; 3,81]) le samedi et de 4,30 (IQ3 [3,88; 5,30]) le dimanche, de 6,20h (IQ3 [7,02; 8,04]) si prélevée sur une période de garde. 319 HAA positives ont mené à 342 identifications bactériennes et 179 antibiogrammes en 64,8h (IQ3 [45,50; 93,50]). Parmi les 84 épisodes de bactériémie, 51 résultats émanant du laboratoire ont mené à une escalade (32/51) ou une désescalade thérapeutique (19/51). L’information ayant mené à cette modification était le signal (41,2% des cas), l’identification (21,6%) ou l’antibiogramme (37,3%). Le délai médian entre l’information disponible et l’adaptation du traitement était de 22,43h, 8,33h étaient observées entre la visualisation de ce résultat et l’administration. Ce délai était allongé de 41,20h supplémentaires (IQ3 [12,08; 70,32]) dans les services de chirurgie. CONCLUSION : notre analyse montre une variabilité importante des étapes d’adaptation de l’antibiothérapie sur documentation des bactériémies dont le temps de diagnostic microbiologique au laboratoire ne représente qu’une partie mineure d’un processus sociotechnique complexe.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03211289
Contributor : Scd Université de Montpellier Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, April 28, 2021 - 3:54:49 PM
Last modification on : Monday, October 11, 2021 - 1:25:03 PM
Long-term archiving on: : Thursday, July 29, 2021 - 7:01:06 PM

File

Thex_Montpellier_UM_Med_2020_L...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03211289, version 1

Collections

Citation

Jordan Lejeune. Du prélèvement de l’hémoculture à l’administration de l’antibiothérapie efficace : ouverture de la boîte noire d’un processus socio-économique multi-étapes. «Sepsis en médecine, à la recherche du temps perdu». Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03211289⟩

Share

Metrics

Record views

18

Files downloads

55