Évolution et facteurs prédictifs à court terme des dyskinésies après stimulation cérébrale profonde du noyau sous-thalamique dans la maladie de Parkinson - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Dyskinesia after subthalamic nucleus stimulation in Parkinson’s disease: short-term evolution and predictive factors

Évolution et facteurs prédictifs à court terme des dyskinésies après stimulation cérébrale profonde du noyau sous-thalamique dans la maladie de Parkinson

Abstract

Introduction: deep brain stimulation of the subthalamic nucleus (STN-DBS) improves motor state in advanced Parkinson's disease (PD). Dyskinesia is among the symptoms that reduce the most the quality of life at the stage of motor fluctuations. The aims of our study were to i) assess the evolution of dyskinesia at one year after STN-DBS, ii) identify predictors of the outcome and iii) identify an optimal location of active contacts to obtain improvement of dyskinesia. Materials and methods: we included 269 patients from the Predi-Stim multicenter prospective cohort, who underwent STN-DBS and had had evaluation at one year post-surgery. The primary endpoint was the UPDRS IV dyskinesia sub-scores 4.1 + 4.2 + 4.6 (UPDRS DSK) scored at baseline and at one year follow-up. Motor and neuropsychiatric clinical data were collected pre-operatively and at one year. Pre-surgery cerebral MRI and post-surgery CT-scan were collected and treated to locate active contacts. Logistic regression analysis was performed to identify independent predictors of outcome. An analysis by ROC curve was made in order to establish a threshold of UPDRS IV DSK at inclusion allowing to determine outcome. Results: dyskinesia was improved at one-year follow-up in 82,4% of patients: the UPDRS DSK mean score decreased from 3.26 +-2.31 to 1.3 +-1.73 (p <0.001 ). This improvement concerned all subtypes of dyskinesia. Only the severity of the dyskinesia was predictive of the outcome at one year: the UPDRS DSK score at baseline was positively correlated with its decrease at one year post-surgery (r = -0.5654, p < 0.0001). A UPDRS DSK score of less than 3 at baseline allowed to identify with a specificity of 77.0% and a sensitivity of 81.4% the patients with an pejorative evolution of dyskinesia at one year. A more favorable evolution of dyskinesia was associated with a dorsal position of the active contacts (r = 0.2238, p= 0.0350) and the location of at least one active contact in the sensorimotor territory (p = 0.0303) in 89 patients for whom the location of active contacts was available. Conclusion: in a homogeneous cohort of patients with advanced PD, we showed that i) STNDBS improved dyskinesia, ii) initial severity of dyskinesia was predictive of improvement and iii) improvement correlated with a posterior location of active contacts.
Introduction : la Stimulation Cérébrale Profonde (SCP) du Noyau Sous-Thalamique (NST) améliore l’état moteur dans la Maladie de Parkinson (MP) évoluée. Les dyskinésies sont parmi les symptômes réduisant le plus la qualité de vie au stade des fluctuations motrices. Les objectifs de notre étude étaient i) d’évaluer l’évolution des dyskinésies à un an de la SCP du NST, ii) d’identifier des facteurs prédictifs de leur évolution et iii) d’identifier une localisation optimale des contacts actifs pour leur amélioration. Matériels et méthodes : nous avons inclus 269 patients de la cohorte prospective multicentrique Prédi-Stim ayant eu le bilan d’évaluation à un an de la SCP du NST. Le critère de jugement principal était le score UPDRS IV sous-scores 4,1+4,2+4,6 (UPDRS DSK) évalué à l’inclusion et à un an de la SCP. Les données cliniques motrices et neuropsychiatriques étaient recueillies en pré-opératoire et à un an. L’IRM cérébrale pré-opératoire et le scanner postopératoire étaient collectés et traités pour localiser les contacts actifs. Une analyse de régression logistique était effectuée pour identifier des facteurs prédictifs indépendants. Une analyse par courbe ROC permettait d’établir un seuil de score UPDRS DSK à l’inclusion permettant de discriminer les patients selon leur évolution. Résultats : les dyskinésies étaient améliorées à un an chez 82,4% des patients : le score UPDRS DSK moyen passait de 3,26 +- 2,31 à 1,3+-1,73 (p<0,001). Cette amélioration portait sur tous les sous-types de dyskinésies. Seule la sévérité des dyskinésies était prédictive de l’évolution à un an : le score UPDRS DSK à l’inclusion était positivement corrélé à sa diminution à un an post-opératoire (r=-0,5654, p<0,0001). Un score UPDRS DSK inférieur à 3 à l’inclusion permettait d’identifier avec une spécificité de 77,0% et une sensibilité de 81,4% les patients avec une évolution défavorable des dyskinésies à un an. Une évolution plus favorable des dyskinésies était associée à une position postérieure des contacts actifs (r=0,2238, p=0,0350) et à la présence d’au moins un contact actif dans le territoire sensorimoteur (p=0,0303) chez 89 patients pour lesquels la localisation des contacts actifs était disponible. Conclusion : dans une cohorte homogène de patients avec une MP évoluée, nous avons montré que i) la SCP des NST améliorait les dyskinésies, ii) la sévérité initiale des dyskinésies était prédictive de leur amélioration et iii) l’amélioration était corrélée à une position plus postérieure des contacts actifs.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThExe_VRILLON_Agathe_DUMAS.pdf (8.58 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03216015 , version 1 (03-05-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03216015 , version 1

Cite

Agathe Vrillon. Évolution et facteurs prédictifs à court terme des dyskinésies après stimulation cérébrale profonde du noyau sous-thalamique dans la maladie de Parkinson. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-03216015⟩
18 View
36 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More