Adénocarcinome papillaire nasopharyngé « thyroïd-like » : rapport de 5 cas et revue de la littérature - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Adénocarcinome papillaire nasopharyngé « thyroïd-like » : rapport de 5 cas et revue de la littérature

Abstract

Les adénocarcinomes papillaires du nasopharynx (thyroïd-like) sont des tumeurs extrêmement rares, avec seulement une quarantaine de cas rapportés dans la littérature. Nous faisons ici une description clinico-pathologique et génétique de cinq cas français, ainsi qu’une revue de la littérature sur le sujet. Matériel et méthodes : cinq cas français multicentriques sont colligés à partir de la base de données REFCOR (Réseau d’Expertise Français sur les Cancers ORL). Les données cliniques, les rapports d’imagerie et les échantillons tumoraux ont été collectés. Les échantillons tumoraux ont été testés avec des techniques habituelles : coloration H&E, immunohistochimie, hybridation in situ à la recherche d’EBV et HPV. De plus une recherche d’anomalie chromosomique a été réalisée par CGH (Comparative Genomic Hybridization). Résultats : l’examen histologique retrouve pour l’essentiel une prolifération d’architecture majoritairement papillaire dans 4 cas, et majoritairement tubuleuse dans 1 cas. Les cellules tumorales sont peu atypiques, avec des noyaux uniformes ovalaires et des images de chevauchement. En immunohistochimie les cellules tumorales expriment le TTF1, la CK7 et la CK19. Elles n’expriment pas la thyroglobuline, la CK20, le CDX2, la napsine-A, ni les marqueurs séro-mucineux : SOX10, DOG1 et PS100. Un cas renferme un contingent malpighien qui exprime la CK5/6, la p63 et la p40. La recherche d’EBV et d’HPV est négative pour tous les cas (0/5). La recherche d’anomalie chromosomique par CGH est négative pour les 3 cas interprétables (0/3). Aucun cas n’a présenté de récidive locale ni de métastase après un suivi de 5 à 72 mois (médiane 24 mois). Conclusion : les adénocarcinomes papillaires du nasopharynx (thyroïd-like) restent encore méconnus. Ils dérivent probablement de l’épithélium respiratoire du nasopharynx. La cause est inconnue, probablement sans rapport avec l’EBV ni l’HPV. L’expression du TTF1 reste inexpliquée. Aucune anomalie chromosomique n’est détectée en CGH. Le caractère peu infiltrant et le comportement totalement indolent pourrait faire reclasser cette lésion en « adénome papillaire du nasopharynx ».
Embargoed file
Embargoed file
7 1 0
Year Month Jours
Avant la publication
Saturday, May 17, 2031
Embargoed file
Saturday, May 17, 2031
Please log in to request access to the document

Dates and versions

dumas-03228059 , version 1 (17-05-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03228059 , version 1

Cite

Éric Lagrue. Adénocarcinome papillaire nasopharyngé « thyroïd-like » : rapport de 5 cas et revue de la littérature. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03228059⟩
70 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More