Bloc des érecteurs du rachis et douleur liée à la cœlioscopie pour cholécystectomie : étude de cohorte rétrospective - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Bloc des érecteurs du rachis et douleur liée à la cœlioscopie pour cholécystectomie : étude de cohorte rétrospective

Abstract

Introduction : la cholécystectomie par voie cœlioscopique en ambulatoire est une chirurgie fréquente avec plus de 80 000 procédures réalisées annuellement en France. Cependant elle est souvent associée à des douleurs post-opératoires ayant une répercussion à la fois physique et psychique pour le patient et médico-économique pour la société. Le bloc érecteur du rachis est une technique récente, simple et à faible taux de complications. Cette pratique pourrait être un atout dans la prise en charge des douleurs induites par la chirurgie cœlioscopique. L’objectif de l’étude était d’évaluer l’impact de ce bloc dans la prise en charge de la douleur pour la chirurgie de cholécystectomie cœlioscopique. Méthodes : il s’agissait d’une étude rétrospective monocentrique observationnelle. Étaient inclus les patients majeurs, bénéficiant d’une chirurgie de cholécystectomie ambulatoire par cœlioscopie, et consentant à la réalisation de l’analgésie loco régionale. Etaient exclus les patients mineurs, les femmes enceintes, et les chirurgies urgentes ou entrainant une hospitalisation prolongée. Le bloc érecteur du rachis était réalisé en pré opératoire, sous anesthésie générale, écho guidé avec une dose de 15 ml de Ropivavaïne de chaque côté, au niveau de T7. Les critères de jugements comprenaient l’évaluation de la douleur, la consommation de morphine ou d'antalgiques de palier 2 et leurs effets indésirables, en post opératoire immédiat, et 48h après l’intervention. Résultats : 60 patients ont été inclus en deux groupes comparables, majoritairement composés de femmes (63%), d’âge moyen (46 ans), avec un score ASA < 3 chez 83% d’entre eux. Nous n’avons pas observé de différence significative entre les deux groupes sur l’EVA douleur maximale en SSPI (1,6 ; VS 1,6 ; p = 0,9). En revanche, il existait une baisse significative du recours aux antalgiques de secours en service de chirurgie ambulatoire dans le groupe bénéficiant du bloc érecteur du rachis (0 vs 5 ; p=0,01). Nous n’avons pas constaté de différence concernant les posologies de morphine en SSPI (1,20 ± 2,8 ; 0,47 ± 1,5 ; p= 0,38) ; les effets secondaires (4 vs 2 ; p = 0,38), les durées de séjour, les échecs de sortie du service (1 vs 0, p= 1) ainsi qu’au niveau des douleurs de l’épaule à la sortie. Il n’y a pas eu de complications en rapport avec le bloc érecteur du rachis pendant toute la durée de l’étude. A J2, sur 25 patients étudiés, nous n’observions pas de différences significatives sur les douleurs au repos et la mobilisation. Conclusion : en conclusion, notre travail montre une baisse significative dans le recours aux antalgiques de secours en service de chirurgie ambulatoire avec une technique simple et à faible risque de complications. D’autres études sont nécessaires pour confirmer que le bloc érecteur du rachis est une technique d’anesthésie loco-régionale appropriée, en complément d’une analgésie multimodale, dans la prise en charge des patients opérés de cholécystectomie par voie cœlioscopique.
Fichier principal
Vignette du fichier
THESE DU CAILAR Diane 12-05-21[7378].pdf (3.82 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03229042 , version 1 (18-05-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03229042 , version 1

Cite

Diane Du Cailar. Bloc des érecteurs du rachis et douleur liée à la cœlioscopie pour cholécystectomie : étude de cohorte rétrospective. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03229042⟩
117 View
383 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More