Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Toxicités graves des immunothérapies anti-cancéreuses prises en charge en réanimation

Résumé : Introduction : l’immunothérapie et les CPI (check point inhibiteur) ont révolutionné la prise en charge des cancers solides à un stade avancé (1,2). Mais en restaurant l’immunité antitumorale, ils peuvent entrainer des complications auto-immunes graves conduisant le patient en réanimation (3). Matériels et méthodes : nous rapportons ici l’ensemble des toxicités graves prises en charge en réanimation à l’Assistance-Publique Hôpitaux de Marseille (APHM) entre 2010 et 2019 (#2019-259). En croisant les 1769 patients ayant reçu une immunothérapie aux 20902 patients atteints de cancers et admis en réanimation sur la même période, 27 patients (1,5%) ont été admis pour une toxicité grave de leur immunothérapie. Résultats : Leurs caractéristiques générales et les facteurs pronostiques associés à la mortalité en réanimation sont à retrouver dans le Tableau 1. Parmi les cancers solides concernés par l’étude : 8 mélanomes (30%), 11 carcinomes bronchiques non à petites cellules (41%), 2 carcinomes bronchiques à petites cellules (7%), 2 carcinomes rénaux à cellules claires (7%), 3 carcinomes de la tête et du cou (11%), 1 tumeur neuro-endocrine du pancréas (4%). Dans deux tiers des cas (n = 18), les patients recevaient un CPI en monothérapie : Nivolumab (30%, n = 8), Pembrolizumab (22%, n = 6), Ipilimumab (7%, n = 2), Atezolizumab (4%, n = 1), Durvalumab (4%, n =1). Un tiers des patients (n = 9) recevait une bithérapie de CPI. Les toxicités comme motifs d’admission en réanimation étaient les suivantes : 7 syndromes de détresse respiratoire aigüe (SDRA) (26%) liés à une pneumonie infiltrante diffuse, 5 toxicités neurologiques à type d’encéphalites (18%), 4 états de choc de type « sepsis-like » (15%), 2 atteintes endocrines (7%) (1 insuffisance surrénalienne aigue, 1 acidocétose diabétique), 1 colite aigue grave (4%), une hépatite aigue grave (4%), une anaphylaxie (4%) et 6 cas d’atteintes multiples avec défaillance multiviscérale (22%). Seuls 14 patients (52%) des patients recevaient un traitement spécifique pour la prise en charge de la toxicité grave dont 13 (93% des patients traités) par une corticothérapie systémique à forte dose (2 mg/kg/j). 16 patients sur 27 (59%) décédaient au cours de leur séjour en réanimation. Les patients décédés en réanimation présentaient des atteintes d’organe plus sévères (SOFA, support ventilatoire par oxygénothérapie à haut débit, ventilation non invasive ou invasive). Le type histologique de cancer ou le type de CPI utilisé n’étaient pas associés à la mortalité. En plus des défaillances d’organe, l’absence de mise en place d’un traitement spécifique notamment d’une corticothérapie était associée à la mortalité en réanimation. Conclusion : nos résultats confirment que les effets secondaires graves des CPI sont rares (1.5%) mais sévère (mortalité de 59%) lorsqu’ils conduisent à l’admission du patient en réanimation. Ils ne remettent pas en cause l’excellent rapport bénéfice/risque de ces thérapeutiques dans la prise en charge des cancers solides à un stade avancé. Par ailleurs, le pronostic peut être nettement amélioré par l’administration d’une thérapeutique spécifique (corticothérapie IV à fortes doses) en urgence (4,5), avant l’apparition des défaillances d’organe.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03234548
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, May 25, 2021 - 1:22:28 PM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:51:03 PM
Long-term archiving on: : Thursday, August 26, 2021 - 7:35:02 PM

File

THESE LEPRINCE M 30-04-2021.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03234548, version 1

Collections

Citation

Marine Leprince. Toxicités graves des immunothérapies anti-cancéreuses prises en charge en réanimation. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03234548⟩

Share

Metrics

Record views

41

Files downloads

71