Adjuvant systemic therapy for early HER2-positive breast cancer in elderly population - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Adjuvant systemic therapy for early HER2-positive breast cancer in elderly population

Traitement adjuvant systémique du cancer du sein HER2-positif localisé dans la population âgée

Abstract

Backgroung : HER2-positive tumors represent 10-15% of breast cancers. 40% of breast cancers occur in women aged 65 and older but they are underrepresented in clinical trials. In real life, the standard treatment of anthracycline–taxane based chemotherapy plus one year of trastuzumab may not be appropriate for elderly and patients with co-morbidities. In low risk patients the APT trial demonstrated good outcome without anthracycline. The question is whether this option may be proposed in frail population. The objective of the study is to describe the characteristics of this population and its management in adjuvant setting. Methods : We carried out an observational retrospective study at Centre Eugène Marquis. The patients over 65 years old with early HER2-positive breast cancer diagnosed between 2006 to 2018 were included. We divided the population into 3 treatment groups: Anthracycline-taxanes-trastuzumab regimen (ATTR), Adjuvant paclitaxel-trastuzumab (APT) and Unconventional treatment regimen (UTR). Results : 126 patients were analyzed: 48 patients in ATTR, 49 in APT and 29 in UTR. In overall population, the median follow-up was 35 months [14.3-53] and median age was 73 years old [68,3-79]. A Geriatric Assement (GA) was carried out in only 16%. In the UTR group, patients were more likely to be frail (86.2%, p<0,001) and most of them didn’t received any sytemic anti-HER2 therapy. In ATTR and APT groups, there was no significant difference in terms of cardiac toxicity (8.3% ATTR versus 10.2% APT) and neuropathy (20.8% versus 32.7%), although ATTR group experienced more nausea (37.5% vs 8.2%; p<0,001) and mucositis (39.6% vs 8.2%; p<0,001). After one-year follow-up, there was twice as much loss of autonomy in the UTR group (62.1%) as in the ATTR (29.2%) and APT (36.7%) groups. 14 deaths occurred: 2 deaths in the ATTR group including one toxic death, 4 deaths in the APT group due to metastatic recurrence, 9 deaths in the UTR group including 4 deaths due to metastatic recurrence and 5 deaths by intercurrent diseases such as heart failure and respiratory failure. Conclusion : Our study show the high value of geriatric evaluation to select patient for the best adjuvant treatment in this population. Although short follow-up, undertreatment and clinically relevant side-effects are both ilustrated. Clearly clinical trials should adress new treatment options in this population.
Introduction : Les tumeurs HER2-positives représentent 10 à 15% des cancers du sein. 40% des cancers du sein surviennent chez la femme de plus de 65 ans mais restent sous-représentées dans les essais cliniques. Actuellement, le traitement standard de chimiothérapie à base d'anthracycline-taxane suivie d'un an de trastuzumab n'est pas forcément approprié chez les personne âgée ou présentant des comorbidités. Chez les patientes à faible risque, l’essai APT rapporte de très bons résultats sans anthracyclines. La question reste de savoir si cette option peut être proposée dans cette population fragile. L’objectif de l'étude est de décrire les caractéristiques de cette population et la gestion du traitement adjuvant. Méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective observationnelle au Centre Eugène Marquis. Les patientes de plus de 65 ans atteint d'un cancer du sein localisé HER2-positif, diagnostiqué entre 2006 et 2018 ont été incluses. Nous avons réparti la population en trois groupes de traitement : un régime anthracyclines-taxanes-trastuzumab (ATTR), un régime adjuvant-paclitaxel-trastuzumab (APT) et un régime de traitement non conventionnel (UTR). Résultats : 126 patientes ont été analysées: 48 patientes ATTR, 49 APT et 29 UTR. Dans la population globale, le suivi médian était de 35 mois [14,3-53] et l'âge médian de 73 ans [68,3-79]. Une évaluation gériatrique (EGS) n'a été réalisée que dans 16% des cas. Dans le groupe UTR, les patientes étaient plus susceptibles d’être fragiles (86,2%, p <0,001) et la plupart d’entre elles n’ont pas reçu de traitement anti-HER2. Dans les groupes ATTR et APT, il n'y avait pas de différence significative en termes de toxicité cardiaque (8,3% ATTR contre 10,2% APT) et de neuropathie (20,8% contre 32,7%), mais le groupe ATTR présente plus de nausées (37,5% vs 8,2%; p <0,001) et de mucite (39,6% vs 8,2%; p <0,001). Après un an de suivi, il y a eu deux fois plus de perte d'autonomie dans le groupe UTR (62,1%) que dans les groupes ATTR (29,2%) et APT (36,7%). 14 décès sont survenus: 2 décès dans le groupe ATTR dont un décès toxique, 4 décès dans le groupe APT en raison d'une récidive métastatique et 9 décès dans le groupe UTR dont 4 décès par récidive métastatique et 5 décès par maladies intercurrentes telles que des insuffisances respiratoires ou cardiaques. Conclusion : Notre étude révèle l'importance de l'évaluation gériatrique pour sélectionner les patientes afin de réaliser le traitement adjuvant adéquat. Malgré un court suivi, le traitement sub-optimal et les effets secondaires cliniquement pertinents sont tous deux bien illustrés dans cette étude. De toute évidence, les essais cliniques devraient viser de nouvelles options thérapeutiques dans cette population âgée fragile.
Fichier principal
Vignette du fichier
COCHETAgathe.pdf (1.53 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03236101 , version 1 (26-05-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03236101 , version 1

Cite

Agathe Cochet. Adjuvant systemic therapy for early HER2-positive breast cancer in elderly population. Life Sciences [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03236101⟩
11 View
88 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More