Incidence chez l'enfant des pyelonephrites aigües à germes résistants au CHU d'Amiens-Picardie en 2019 - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Incidence chez l'enfant des pyelonephrites aigües à germes résistants au CHU d'Amiens-Picardie en 2019

Abstract

Introduction : l'émergence de bactéries multirésistantes en milieu hospitalier est particulièrement inquiétante dans le monde. En 2007, 50% des bactéries incriminées dans les infections urinaires (IU) en France étaient résistantes aux pénicillines A, 20% au trimethoprime-sulfamethoxazole et moins de 2% aux céphalosporines de 3ème génération. Les entérobactéries productrices de bêtalactamase à spectre élargi (EBLSE) représentaient moins de 5% des germes isolés dans les pyélonéphrites aiguë (PNA) de l’enfant en France mais l’incidence semble être en augmentation. Objectifs : analyser les profils de résistance des bactéries impliquées dans les PNA de l’enfant au CHU Amiens Picardie puis déterminer si les PNA à bactéries résistantes étaient plus sévères que celles à bactéries sensibles. Matériel et méthodes : nous avons mené une étude rétrospective, monocentrique incluant tous les enfants âgés de 1 mois à 17 ans ayant fait une PNA en 2019 et pris en charge au CHU Amiens Picardie en consultant la base de données locale DXCARE®. Chaque épisode infectieux étiqueté PNA devait respecter les critères de Kass à l’analyse microbiologique des urines.Résultats : au total 206 PNA ont été colligés. Ont été exclus 98 PNA (critères de Kass non respectés, bactéries multiples…). 108 épisodes de PNA ont été inclus. L'âge moyen au diagnostic était de 3,9±4,7 ans et le sex-ratio M/F 0,6. Seize patients présentaient au moins un antécédent de PNA et 12 d'uropathie. 47,2% des bactéries étaient multi-sensibles et 52,8% présentaient une résistance à au moins un antibiotique. E.coli représentait 83,3% des bactéries incriminées (50% étaient multi-sensibles, 46,7% résistant à l'ampicilline, 38,9% à l'amoxicilline - acide clavulanique, 16,7% au triméthoprime-sulfaméthoxazole et 2,2% au céfixime). Les BLSE représentaient 2,2% des bactéries. Nous n’avons pas mis en évidence de différence significative entre les 2 groupes concernant leurs principales caractéristiques et au niveau de la gravité des infections. Discussion et conclusion : notre niveau d’antibiorésistance était comparable aux résultats nationaux. Il n’y a pas d’indication à modifier notre antibiothérapie intraveineuse probabiliste dans notre centre. Cependant une vigilance doit être portée lors du relai oral en récupérant les résultats bactériologiques et l’antibiogramme afin de ne pas traiter de manière inadaptée les patients.
Fichier principal
Vignette du fichier
Cuzzi Chloé. Thèse d'exercice de médecine. Pédiatrie (UPJV).pdf (865.7 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03237184 , version 1 (26-05-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03237184 , version 1

Cite

Chloé Cuzzi. Incidence chez l'enfant des pyelonephrites aigües à germes résistants au CHU d'Amiens-Picardie en 2019. Pédiatrie. 2021. ⟨dumas-03237184⟩
56 View
68 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More