Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L’activité physique pratiquée par le patient dépressif : une parenthèse bénéfique dans la maladie

Résumé : Le syndrome dépressif touche en France 3 millions de personnes par an. Les antidépresseurs et la psychothérapie sont recommandés en 1ere intention et diverses interventions non médicamenteuses (INM) en complément. Parmi elles, l’activité physique est recommandée en France depuis 2017 comme simple mesure d’hygiène à associer aux traitements. D'autres pays l'utilisent plus largement. Les preuves du bénéfice de l’activité physique dans le traitement ou la prévention de la dépression ne cessent de croitre. Cependant, il n’existe actuellement que peu d’approches sur le vécu des patients dans ce contexte. Objectif : comprendre l'influence de l'activité physique sur la maladie dépressive en interrogeant l'expérience vécue des patients. Méthode : étude qualitative phénoménologique. Les patients dépressifs suivis en ambulatoire ou en institution ont été interrogés après un consentement éclairé. L’activité physique était recommandée par leur médecin ou pratiquée par eux même. Un guide d’entretien centré sur l’expérience vécue a facilité le recueil de verbatims jusqu’à saturation des données. Ils ont été analysés par la méthode semio-pragmatique avec triangulation des chercheurs. Résultats : 11 patients ont été interrogés. Les 4 catégories conceptualisantes sont : l’activité physique est une parenthèse dans le vécu de la maladie dépressive en permettant de quitter le statut de malade. Cette influence est bénéfique par la médiation du corps et est donc spécifique vis-à-vis d’une autre activité de loisir : estime de soi, dépense entrainant un bien être global et une extériorisation des idées négatives. Ce bénéfice n’est retrouvé que s’il existe un partage dans un groupe bienveillant. L’activité physique doit être adaptée au patient, à ses goûts et à ses capacités souvent altérées par la dépression elle-même ou par les traitements médicamenteux. Au total, les patients considéraient que l’activité physique améliorait spécifiquement leur humeur sans être l’unique réponse thérapeutique. Discussion : cette étude qualitative originale, dont les critères de validité sont respectés, renforce l’idée d’un bénéfice de l’activité physique sur le vécu de la maladie dépressive par une approche compréhensive. Au-delà du bienfait par la distraction, la notion de plaisir, le partage, commune à toute activité de loisir, l’impact physique est spécifique sur le bien-être global. Ce lien entre le psychisme et le corps doit être considéré. L’accompagnement individualisé des patients et la bienveillance du groupe sont les conditions nécessaires à une efficacité. Les médecins doivent s’impliquer dans la promotion de cette INM dont l’évaluation est à poursuivre.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03242388
Contributor : Scd Université de Montpellier Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, May 31, 2021 - 9:18:13 AM
Last modification on : Monday, October 11, 2021 - 1:25:04 PM

File

ThEx_Montpellier_UM_Med_2018_R...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03242388, version 1

Collections

Citation

Emmanuelle Robin. L’activité physique pratiquée par le patient dépressif : une parenthèse bénéfique dans la maladie. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-03242388⟩

Share

Metrics

Record views

10

Files downloads

5