Syndrome de Kounis secondaire aux piqûres d'hyménoptères : critères pour le diagnostic clinique en soins primaires, une revue de la littérature - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Syndrome de Kounis secondaire aux piqûres d'hyménoptères : critères pour le diagnostic clinique en soins primaires, une revue de la littérature

Abstract

Introduction: primary care doctors are involved in the management of hymenoptera (H) stings. Kounis syndrome (KS) is a serious and under-diagnosed condition. Our aim was to search for clinical diagnostic criteria to improve patient prognosis. Methods: literature review by searching PUBMED from 1950 to June 30, 2020. 22 articles were included. Age, sex, medical history, stingging H., clinical presentation, and severity were reported and summarized. Results: 23 adults with an average age of 51.8 (+/-13) years old were included (12 men). 12 cases were related to bee stings. 5 patients had no cardiovascular risk factors (CVRF) and 13 had low to moderate cardiovascular risk, mainly age and smoking. First symptoms occurred within 15 minutes in 16 cases and KS within 4 hours in 17 patients. Chest pain or related symptom was the manifestation of KS in 19 cases. In the case of syncope, cardiac arrest or shock, the ECG changes was required to make the diagnosis. The most frequent symptoms were: dizziness, blurred vision, pallor, sweating, nausea-vomiting, weakness, in 18 case reports. They were either shortly preceding or concomitant with the cardiac symptoms in 12 patients. Allergic skin signs were absent in 8 cases. Dyspnea was experienced by 8 patients but no author described acute lung oedema. For some, acute coronary syndrome occurred at a distance from the hypersensitivity signs or was the only expression of this reaction. 12 patients experienced serious complications and only one died. Vespid bites were less frequent but appear to be more severe. Conclusion: no clinical criteria could be determined, but it would seem that any cardiovascular sign after a H. sting should lead to the suggestion of KS, even in the absence of allergic skin signs or CVRF. A standardised questionnaire developed from this work could improve the quality of studies in this area.
Introduction : les médecins du soin primaire sont amenés à prendre en charge les piqûres d’hyménoptères (H). Le Syndrome de Kounis (SK) est grave et sous-diagnostiqué. Notre objectif était de rechercher des critères de diagnostic clinique pour améliorer la prise en charge. Matériel et méthode : revue de la littérature à partir de PubMed de 1950 au 30 Juin 2020. 22 articles ont été inclus. Ont été étudiés : âge, sexe, antécédents, insecte piqueur, symptômes, gravité. Résultats : 23 patients adultes avec une moyenne d'âge de 51.8 (+/-13) ans ont été inclus (12 hommes). 12 cas étaient en lien avec des piqûres d’abeille. 5 patients n’avaient pas de facteur de risque cardiovasculaire (FDRCV) et 13 avaient un risque cardiovasculaire faible à modéré, principalement l’âge et le tabac. Les premiers symptômes étaient survenus dans les 15 minutes pour 16 cas et le SK dans les 4h pour 17 patients. Le SK s’est manifesté par une douleur thoracique ou symptôme assimilé dans 19 cas. Lors de syncopes, arrêt cardiaque, état de choc, c’est l’ECG qui a permis d’évoquer le diagnostic. Les symptômes les plus fréquents étaient : vertiges, vision flou, pâleur, sueurs, nausées-vomissements, faiblesse, pour 18 cas. Ils précédaient de peu ou étaient concomitants de la symptomatologie cardiaque pour 12 patients. Les signes cutanés allergiques étaient absents pour 8 cas. 8 patients ont ressenti une dyspnée mais aucun auteur n’a décrit d’œdème aigu du poumon. Pour certains, le syndrome coronarien aigu est survenu à distance des signes d’hypersensibilité ou a été la seule expression de cette réaction. 12 patients ont été victimes de complications graves et un seul est décédé. Les piqûres de vespidés ont été moins fréquentes mais semblent plus graves. Conclusion : aucun critère diagnostic n’a pu être déterminé, mais il semblerait que tout signe cardiovasculaire après une piqûre d’H. doive conduire à évoquer un SK, même en l’absence de signes cutanés allergiques ou de FDRCV. Un questionnaire standardisé développé à partir de ce travail pourrait améliorer la qualité des études dans ce domaine.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2021_Galle-Destouet.pdf (1.52 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03243487 , version 1 (31-05-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03243487 , version 1

Cite

Maylis Galle-Destouet. Syndrome de Kounis secondaire aux piqûres d'hyménoptères : critères pour le diagnostic clinique en soins primaires, une revue de la littérature. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03243487⟩
1553 View
169 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More