Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Chimioembolisation aux microparticules chargées à la doxurubicine chez les patients atteints d'hépatocarcinomes : étude de tolérance, d'efficacité et des facteurs pronostiques

Résumé : Objectif : l'objectif de notre étude est de décrire la tolérance, l'efficacité et la survie globale des patients atteints de carcinome hépatocellulaire non résécable ayant reçu une chimioembolisation transartérielle avec des microsphères Tandem TM de 75 μm chargées de doxorubicine (DEB TACE). La détermination de facteurs pronostiques ainsi que l'évaluation des paramètres cliniques, biologiques ou d'imagerie de mauvaise réponse à DEB TACE correspondent aux objectifs secondaires de cette étude. Matériels et méthodes : cinquante-six patients atteints de carcinome hépatocellulaire (CHC) traités entre 2014 et 2017 ont été inclus dans cette étude rétrospective et monocentrique (85,7 % d'hommes ; âge moyen 66,8 ± 9,9 ans). Dans cette cohorte, 29 patients (51 %) avaient un score BCLC A (Barcelona Clinic Liver Cancer Score) A et 27 patients (49 %) avaient un score BCLC B. Parmi les 56 patients, 18 (32 %) présentaient une seule lésion, 20 (36 %) avaient deux lésions et 18 (31 %) avaient trois lésions ou plus. La taille moyenne du plus gros nodule était de 42 mm (± 23,6 mm). Des chimioembolisations transartérielles (DEB-TACE) ont été réalisées avec des microsphères Tandem TM de 75μm chargées de 150mg de doxorubicine. Après 6 semaines, une tomodensitométrie ou une imagerie de résonnance magnétique de suivi a permis d’évaluer la réponse au traitement sur la base des critères modifiés d'évaluation de la réponse dans les tumeurs solides (mRECIST). La survie globale et la survie sans progression ont été évaluées à partir des données recueillies. Une analyse stratifiée en sous-groupes a été réalisée pour définir les facteurs prédictifs de mortalité ou de récidive. Résultats : la durée médiane du suivi était de 21,8 mois. La survie globale médiane était de 30,8 mois. La survie médiane sans progression était de 8,5 mois. L'analyse de la survie à 12 mois a montré un taux de survie globale de 73,7% et un taux de survie sans progression de 75,9%. Les complications post-procédure ont été les suivantes : syndrome post-embolisation (n=6, 11%), abcès hépatique (n=1, 1%), un abcès vésiculaire (n=1, 1%), pancréatite aiguë (n=1, 1%), hématome au point de ponction (n=1, 1%) et un décès par insuffisance hépatique sévère (n=1, 1%). L’analyse multivariée a montré que le caractère infiltrant de la lésion tumorale (p=0,012), qu’une une récidive locorégionale après un traitement curatif initial (p = 0,001), ainsi qu'une alpha-fœtoprotéine > 100 ng/mL (p=0,019) sont des facteurs prédictifs significatifs d'une mauvaise réponse au traitement par chimioembolisation. De plus, un taux d'alpha-fœtoprotéine > 400 ng/mL (p=0,014) est un facteur de mauvais pronostic significatif sur la survie globale. Conclusion : la chimioembolisation intra-artérielle avec des billes chargées de doxorubicine est un traitement efficace pour les stades A/B de la classification BCLC avec un bon profil de tolérance. L’alpha-fœtoprotéine, le caractère infiltrant et la récidive après une chirurgie antérieure doivent être utilisés comme des critères de sélection pour la TACE.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03244787
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Tuesday, June 8, 2021 - 11:46:56 AM
Last modification on : Wednesday, June 9, 2021 - 3:22:12 AM

File

Thèse T. Laurendon.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03244787, version 1

Collections

Citation

Thomas Laurendon. Chimioembolisation aux microparticules chargées à la doxurubicine chez les patients atteints d'hépatocarcinomes : étude de tolérance, d'efficacité et des facteurs pronostiques. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03244787⟩

Share

Metrics

Record views

22

Files downloads

8