Intérêt de la détection d'une clonalité B au sein des glandes salivaires accessoires dans l'évaluation du risque de lymphome au cours du syndrome de Gougerot Sjögren - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Intérêt de la détection d'une clonalité B au sein des glandes salivaires accessoires dans l'évaluation du risque de lymphome au cours du syndrome de Gougerot Sjögren

Abstract

Objectifs : l'évaluation du risque de lymphome non hodgkinien (LNH) au cours du syndrome de Gougerot-Sjögren (SGS) est un élément crucial. Actuellement, les facteurs prédictifs du risque lymphome sont basés sur l’étude de manifestations évoquant indirectement la présence d’un syndrome lymphoprolifératif. Nous avons étudié, au sein glandes salivaires accessoires (GSA), la prévalence des réarrangements clonaux du gène codant pour l'immunoglobuline et son association avec le lymphome ou les facteurs prédictifs de LNH déjà établis. Méthodes : nous avons étudié l'infiltration lymphocytaire B de 207 GSA fraîches-congelées, à l’aide d’une technique de PCR multiplexe utilisant des amorces standardisées suivie d’une étape permettant la formation d’homo-hétéroduplexes couplées à une électrophorèse par microcapillaire pour l’analyse des produits de PCR. Il s’agissait de patients présentant soit une suspicion diagnostique de SGS soit une suspicion de transformation lymphomateuse au cours de la maladie. La détermination de la clonalité par analyse des électrophérogrammes était basée sur les recommandations de l’EuroClonality consortium. Résultats : nous avons trouvé un composant lymphocytaire B monoclonal dans 31/207 (15%) GSA. Cette fréquence était significativement plus élevée chez les patients présentant un SGS confirmé (28/123, 22,8 %) comparé aux patients sans SGS (3/84, 3,6 %, P < 0,001). L’expansion clonale B au sein des GSA des patients atteints de SGS était corrélée de façon significative à la présence d’un LNH de type MALT salivaire, à la présence d’un gonflement permanent ou récurrent des glandes salivaires, à la lymphopénie et notamment à la lymphopénie T CD4+, à l'activité facteur rhumatoïde, à l'hypocomplémentémie, à la présence d’une cryoglobulinémie mixte et à l’élévation du taux sérique de β2-microglobuline. Conclusion : ces résultats encouragent l’emploi de cette méthode pour la détection d’une prolifération B monoclonale au sein de GSA. Elle offre au clinicien un aperçu direct du microenvironnement local, à tout stade d’évolution du SGS. Cette étude suggère qu’une expansion clonale B au sein des GSA est associée à un sous-groupe de patients atteints de SGS présentant soit un lymphome évolutif, soit un haut risque de lymphome selon les facteurs prédictifs connus.
Fichier principal
Vignette du fichier
Thèse Antoine POULET.pdf (1.2 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03245354 , version 1 (01-06-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03245354 , version 1

Cite

Antoine Poulet. Intérêt de la détection d'une clonalité B au sein des glandes salivaires accessoires dans l'évaluation du risque de lymphome au cours du syndrome de Gougerot Sjögren. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-03245354⟩
121 View
370 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More