Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La nostalgie ou l’émotion lucrative : l’instrumentalisation du passé comme stratégie dessinant le présent de l’industrie culturelle et des marques : le cas Stranger Things

Résumé : Secondés par leur talkie-walkie, leur BMX, leur poste radio vintage et arborant des looks colorés voire criard, les héros de Stranger Things sont l’expression même d’une représentation stéréotypée d’une époque : les années 80, période bénie de ses contemporains et fantasmée par les plus jeunes générations. En les portraiturant sous un filtre idéalisant et en nourrissant son récit de multiples références eighties (qu’elle viennent du cinéma, des comics, de la musique ou plus généralement de la pop culture) Stranger Things joue sans fard la carte de la nostalgie, réveillant la mémoire endormie des trentenaires et exaltant le désir d’une époque méconnue des millenials.
Cette stratégie nostalgique a fait de la série un triomphe mondial incontesté, se répandant plus vite et plus fort que le mal obscure qui ronge la ville d’Hawkins. Un succès qui ne tarda pas à susciter l’intérêt des annonceurs soucieux d’apparaître dans un show regardé et adulé par des dizaines millions de fans à travers le monde. Aussi, Stranger Things incorpore à son récit de nombreuses marques faisant de sa saison trois une publicité perpétuelle de huit épisodes d’une cinquantaine de minute chacun.
Nous avons donc interrogé le lien qui se jouait entre nostalgie et insertion publicitaire et nous sommes demandé en quoi cette rhétorique nostalgique constituait-elle une stratégie de marque visant à abolir, sinon réduire, les frontières entre éléments fictionnels et publicité.
Par une dialectique composée de trois parties distinctes nous avons dans un premier tenté de démontrer que la rhétorique nostalgique relevait d’une stratégie de différenciation face à une concurrence chaque année plus nombreuse. Or, si la différenciation est nécessaire voire impérieuse, la séduction l’est tout autant, raison pour laquelle nous nous sommes ingéniés à prouver que la série lissait le passé pour fédérer un maximum de spectateurs autour du show.
Enfin, après le temps de la différenciation et de la séduction vient celui de l’incorporation, en d’autres termes, celle des marques dont nous avons étudié les différentes stratégies d’apparition dans et en dehors du show des Duffer Brothers.
Œuvre sérielle ayant marquée les dernières années Stranger Things procède d’une mécanique savamment orchestrée mêlant nostalgie affichée et intérêts économiques invisibilisés, c’est ce lien ténu, cette rhétorique bicéphale que nous avons essayé de décrypter dans ce mémoire.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03272548
Contributor : Clara Musy <>
Submitted on : Monday, June 28, 2021 - 2:33:24 PM
Last modification on : Tuesday, July 13, 2021 - 3:30:14 AM

File

BLANCHET Martin_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03272548, version 1

Citation

Martin Blanchet. La nostalgie ou l’émotion lucrative : l’instrumentalisation du passé comme stratégie dessinant le présent de l’industrie culturelle et des marques : le cas Stranger Things. Sciences de l'information et de la communication. 2020. ⟨dumas-03272548⟩

Share

Metrics

Record views

15

Files downloads

6