Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Quelles perspectives pour le pharmacien d’officine dans la gestion de la douleur chronique ? Enquête exploratoire auprès de 52 patients

Résumé : La douleur chronique touche près de 30% de la population adulte française. Elle correspond à « une douleur persistante ou récurrente au-delà de ce qui est habituel (le plus souvent au-delà de 3 mois) malgré un traitement antalgique ». Elle est le 1er motif de consultation chez le médecin généraliste. En 2015, plus de 72% des français ont eu au moins une délivrance de médicament antalgique. L’objectif de l’étude était de réaliser un état des lieux des différents types de douleurs chronique rencontrées en pharmacie d’officine et de déterminer les perspectives pour le pharmacien d’officine dans la gestion de la douleur chronique. Les principales douleurs chroniques retrouvées sont l’arthrose, la lombalgie et les migraines. L’évaluation de la douleur sur une EVA révèle une douleur située à 7,6/10 lorsque la douleur est présente et réduite à 3,6/10 lors de la prise de médicaments. Le paracétamol est utilisé par plus de 73% des patients. Mais pour 53,9% des patients, la dose maximale de paracétamol est supérieure à 3g/j et 5,8% des participants ne connaissent pas la dose maximale de paracétamol par jour pour un adulte L’automédication est présente pour près de 47% des patients. Parmi les 52 patients de l’étude, 42% ont déjà subi des effets indésirables. Depuis 2019, le paracétamol n’est plus disponible en libre accès. Cette mesure vise à renforcer la vigilance des pharmaciens d’officine lors de la dispensation de paracétamol. En effet, le paracétamol est un médicament avec une balance bénéfice/risque favorable mais qui nécessite certaines précautions d’emploi vis-à-vis de populations particulières (poids inférieur à 50kg, dénutrition, alcoolisme chronique, insuffisance hépatique…). Les interventions pharmaceutiques potentielles pour le pharmacien concernent le bon usage des médicaments antalgiques et la gestion des effets indésirables. En effet, certains effets indésirables peuvent être prévenus. La prise en charge de la douleur chronique pourrait de plus, être pluriprofessionnelle. Les médicaments ne sont pas toujours indiqués comme la 1ere intention de prise en charge dans les douleurs chroniques. En effet, la prise en charge de la lombalgie chronique repose sur l’activité physique. Le pharmacien, de par son rôle de professionnel de santé de proximité pourrait renforcer les messages éducatifs et réorienter le patient vers les masseurs-kinésithérapeutes. Le pharmacien d’officine peut avoir un rôle important dans la gestion de la douleur chronique à l’officine, à travers de l’éducation thérapeutique au patient, la diffusion de messages de prévention et la réalisation de bilans partagés de médication
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03297760
Contributor : Jean-Hugues Morneau Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 2:12:57 PM
Last modification on : Wednesday, August 18, 2021 - 3:18:04 AM
Long-term archiving on: : Sunday, October 24, 2021 - 6:41:08 PM

File

2021GRAL7037_gianese_victoria_...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03297760, version 1

Citation

Victoria Gianese. Quelles perspectives pour le pharmacien d’officine dans la gestion de la douleur chronique ? Enquête exploratoire auprès de 52 patients. Sciences pharmaceutiques. 2021. ⟨dumas-03297760⟩

Share

Metrics

Record views

56

Files downloads

29