Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L’eau, l’écrit et la société. Étude statistique sur les champs sémantiques dans les bases de données [CBMA]

Résumé : Intitulé « L’eau, l’écrit et la société. Étude statistique sur les champs sémantiques dans les bases de données [CBMA] », ce mémoire de master partait du constat que les chartes contiennent un nombre extrêmement important de termes relatifs à la description et donc, par extension, à la perception du monde par les médiévaux. Or, ces formules, plus ou moins stéréotypées, n’ont presque jamais été considérées comme des informatrices potentielles en ce qui concerne ce lien entre l’homme médiéval et le mundus, i.e. la Création qui l’entoure. Néanmoins, dès l’orée de l’étude, il est rapidement apparu qu’une telle recherche ne pouvait faire abstraction de plusieurs problématiques plus traditionnelles relatives à ce type documentaire : questions de distribution, de géographie et de chronologie. Nous devions donc partir d’un large corpus – la chose étant grandement facilitée par l’existence d’un outil exceptionnel : les CBMA (Chartae Burgundiae Medii Aevi) –, étudier sa constitution et son degré d’homogénéité, avant de finalement rejoindre ces considérations d’ordre anthropologique. Fondamentalement, notre recherche s’est donc articulée autour de trois axes : 1. La question du développement inégal au sein du système féodal, tout d’abord à travers le problème de la production documentaire différenciée dans l’espace et dans le temps, mais aussi à partir d’une réflexion sur les zones de circulation des formulaires d’actes, zonations que nous avons proposé d’appeler « aires de scripturalités ». Partant systématiquement d’observations concernant le champ sémantique de l’eau, cette première partie, intitulée « L’écriture de l’eau » visait avant tout à déterminer une chronologie de l’écriture diplomatique en Bourgogne, tout en faisant apparaître des différences régionales importantes, que nous avons aussi essayé de catégoriser et d’expliciter en les rapprochant des structures sociales. Le problème fut envisagé à deux échelles bien distinctes, tout d’abord celle de la Bourgogne, mais aussi, avec des sondages plus ponctuels, au niveau d’une partie de l’Europe occidentale – royaume des Francs, Catalogne, Lombardie, Angleterre et Empire. 2. Une seconde question largement évoquée fut bien entendu celle du champ sémantique de l’élément aquatique à proprement parler. Quand est-il employé ? Quelle est sa richesse ? Aqua, fluvius, rivus, fluviolus, gutta sont-ils utilisés de manière indistincte, comme on le suggère parfois ? L’ensemble de ces développements s’inspirèrent abondamment des travaux de Michel Zimmermann sur la Catalogne, en particulier ceux portant sur la question de la dénomination et de la localisation (chapitres « Situer et décrire / dire et inscrire : la mémoire et les cours d’eau » et « L’attention des hommes à l’élément aquatique »). Cette question a ainsi permis de nous interroger sur les catégories et la typologie attachées au champ sémantique de l’élément aquatique, en particulier avec une mise en parallèle des chartes, d’une part, et des textes d’Isidore de Séville puis de Raban Maur (De Universo) d’autre part : « Aquarum naturae multa est diversitas », écrit justement le premier de ces auteurs. 3. Enfin, un axe relevant de l’anthropologie historique, où l’on s’est interrogé sur l’articulation du champ sémantique de l’eau, non seulement en ce qui concerne sa structuration interne, mais aussi à propos des liens qu’il entretenait avec les autres groupes du lexique. Cette dernière partie, intitulée « Le monde de l’élément aquatique », a permis de déterminer les principales valences que pouvait prendre l’élément aquatique dans le système de représentation de l’Occident médiéval (lien entre aqua et scriptura par exemple) et de comprendre en quoi elles pouvaient nous éclairer sur le rapport que ces collectifs humains – par ailleurs fortement différenciés – entretenaient avec le monde qui les entourait. Elle fut aussi l’occasion de s’interroger sur le rôle de l’analogie au sein de l’Occident médiéval, non seulement en ce qui concerne les pratiques de l’écrit (omniprésence de formules stéréotypées construites, déconstruites, copiées), mais aussi à propos de son influence sur la structuration et la création du sens au Moyen Âge carolingien et central.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03330507
Contributor : Dumas Administrateur Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, September 1, 2021 - 12:01:35 AM
Last modification on : Saturday, September 4, 2021 - 3:20:21 AM

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03330507, version 1

Collections

Citation

Nicolas Perreaux. L’eau, l’écrit et la société. Étude statistique sur les champs sémantiques dans les bases de données [CBMA]. Sciences de l'Homme et Société. 2010. ⟨dumas-03330507⟩

Share

Metrics

Record views

70

Files downloads

18