Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Santé intime et sexuelle à 5 ans du diagnostic d’un cancer des voies aéro-digestives supérieures. À partir de VICAN 5, une étude épidémiologique nationale française

Résumé : En cancérologie, les traitements et le pronostic ne cessent de s’améliorer. Ainsi, le nombre de patients vivants « après le cancer » augmente. Assurer une bonne qualité de vie après cette épreuve est un véritable enjeu auquel nous sommes confrontés, en particulier en cancérologie de la Tête et du Cou. La santé sexuelle a fait récemment émergence comme composante intégrante essentielle à une « bonne santé » globale. Or, tous cancers confondus, la sexualité reste perturbée chez plus de deux tiers des patients. En ORL, les patients apparaissent comme une population fragile, au risque accru. Notre travail s’est intéressé à la dimension « sexualité et vie intime » après un cancer des VADS. L’objectif principal était d’identifier des facteurs de risque influençant la santé sexuelle après un cancer de la Tête et du Cou et de mettre en exergue les limites de notre prise en charge.
Méthode
La base de données de l’étude nationale VICAN 5 a été utilisée pour recueillir les données épidémiologiques et les différents questionnaires aux patients. Des croisements statistiques ont été réalisés entre les données démographiques (âge, sexe, niveau social…) et les données médicales (localisation, traitement, séquelles) avec les réponses aux questionnaires de satisfaction concernant leur vie intime.
Résultats
L’étude a porté sur 296 patients à 5 ans d’un cancer des VADS. Trente-cinq pour cents des patients présentaient une altération significative de leur sexualité. Notre analyse a révélé plusieurs facteurs de risque à cette altération. Nous avons observé un impact des facteurs démographiques, notamment selon le sexe avec des réponses plus péjoratives chez les femmes (disparition du désir sexuel chez 21,5% des femmes vs 8% des hommes, p = 0,0005) et une meilleure satisfaction sexuelle globale chez les hommes (satisfaction 22% chez les femmes vs 44% chez les hommes, p = 0,001). Des différences selon la classe d’âge, avec une fragilité des plus de 55 ans, ou des différences selon le niveau d’étude avec un retentissement social majeur chez les personnes avec un niveau inférieur au baccalauréat. Les facteurs médicaux portant sur la maladie elle-même mais aussi sur les séquelles des traitements ont montré des répercussions très importantes sur la sexualité et la vie intime (73,3% des patients souffrent d’une xérostomie, 71% de douleurs chroniques et 72% de fatigue, avec pour conséquences une gêne vis à vis de l’apparence et une insatisfaction sexuelle dans plus de 30% des cas). Parallèlement, 80% des répondants déclarent avoir souffert de séquelles « en général » suite au traitement de leur cancer, mais seulement 28% ont bénéficié d’une prise en charge spécifique.
Conclusion
L’oncosexualité est un sujet de cancérologie ORL. Il devient nécessaire de faire évoluer nos pratiques et d’intégrer la santé sexuelle à notre prise en charge, certes dans le cadre du plan personnalisé de soins après le cancer, mais aussi dès le dispositif d’annonce.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03352306
Contributor : Claire Leboeuf Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, September 23, 2021 - 9:54:56 AM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 4:16:48 PM

File

Rhamati_Laetitia.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03352306, version 1

Citation

Laetitia Rhamati. Santé intime et sexuelle à 5 ans du diagnostic d’un cancer des voies aéro-digestives supérieures. À partir de VICAN 5, une étude épidémiologique nationale française. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03352306⟩

Share

Metrics

Record views

30

Files downloads

9