Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L'expérience schizophrénique comme perturbation de la distance vécue

Résumé : Intuitivement, le patient schizophrénique nous parait excentrique, distant, bizarre, inaccessible, lointain, ailleurs et même perdu. Il est distant face à cette familiarité qui nous accompagne dans notre quotidien. Il est en dehors de toute interaction des plus banales. Il est inaccessible car nous n’arrivons pas à le cerner, à en faire le tour. Nous sommes tous entourés de vie. Cette vie ne nous touche pas, nous en sommes indépendant, nous n’avons pas de contact immédiat avec la vie. Cette indépendance est permise par la « distance vécue ». Cette distance à la fois sépare, mais surtout unit à la vie. La distance vécue nous permet de vivre dans une toile de fond mouvante, à l’origine des rencontres, du hasard, des surprises. Notre monde est structuré par cet « espace entre » qui donne la forme. Nous nous situons et adoptons une place propre dans cet espace, comme autrui ainsi que n’importe quel autre objet, nous rentrons dans le rang. L’espace est d’emblée socialisé et appartient au domaine public. Nous ne nous livrons pas entièrement à l’espace, certains coins de nos êtres renient l’espace et restent intimes. Il en est tout autre pour l’individu atteint de schizophrénie. Celui-ci semble vivre dans la nuit noire, en absence de lumière et d’espace clair. La nuit est palpable, possède quelque chose de positif en elle, elle est matérielle. La nuit pénètre l’individu et l’enveloppe de toute part, elle a un coté bien plus personnel. La nuit noire annihile la distance vécue, il n’y a plus d’horizon, d’étendu, elle touche directement l’individu au plus profond de sa personne. L’individu est perméable à la nuit, il ne s’affirme pas dans la nuit, il est traversé par celle-ci, si bien qu’il se confond avec l’obscurité. La nuit n’est pas la forme mais le véhicule de tous les objets environnants, elle relie, rattache sans se soucier de « l’entre », ou de l’ancrage singulier. L’espace n’est pas socialisé, l’expérience n’est pas partageable tant la nuit prend possession de toute singularité. La nuit semble animée d’un mystère, d’une force extérieure régnante prenant le pas sur le hasard, la surprise, la liberté. Grâce à cette comparaison du vécu de l’expérience schizophrénique avec l’expérience de la nuit noire, initiée par Minkowski, nous nous rapprochons du monde schizophrénique et de ses conséquences. La forme du monde schizophrène rend l’individu aliéné à ses propres perceptions et croyances. La schizophrénie enferme, fixe, détruit cette « espace entre », ne permettant pas la rencontre. « Sans distance, il n’y a pas d’expérience » J.Naudin.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03366199
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, October 5, 2021 - 3:31:08 PM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:35:24 PM

File

Thèse MARIC.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03366199, version 1

Collections

Citation

Zachary Maric. L'expérience schizophrénique comme perturbation de la distance vécue. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03366199⟩

Share

Metrics

Record views

8

Files downloads

4