Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude de la représentation des personnes atteintes de troubles psychiatriques chez les internes en médecine français

Résumé : Contexte : la stigmatisation des personnes atteintes de troubles psychiatriques est un phénomène répandu qui touche la population générale, les patients eux-mêmes, mais également les soignants. L'impact sur la qualité des soins prodigués par les professionnels de santé et donc sur le pronostic de ces patients est reconnu. L’objectif était d’étudier la représentation des personnes atteintes de troubles psychiatriques par les internes en médecine, ces « médecins de demain », et d’évaluer l’effet d’un stage en psychiatrie sur leur niveau de stigmatisation. Méthode : l’échelle OMS-HC, évaluant la stigmatisation chez les professionnels de santé, a été traduite en français et diffusée par le biais d’un questionnaire en ligne aux internes en médecine français. 1053 réponses ont été retenues. Des modèles multivariés de régression logistique ont été effectués avec le logiciel SPSS 25 pour évaluer l’association entre un niveau élevé de stigmatisation et le fait d’avoir effectué un stage en psychiatrie. Résultats : près de la moitié des répondants (45,7%) n’avaient jamais fait l’expérience d’un stage en psychiatrie. Leur niveau de stigmatisation était plus fréquemment élevé (OR 1,45, IC95% [1,117 ; 1,889], p< 0,005) indépendamment de leur âge, leur genre, leur spécialité et leur expérience personnelle de la maladie psychiatrique. L'absence de stage en psychiatrie au cours du cursus universitaire augmentait de 45% le risque d’être plus stigmatisant à l’égard des personnes atteintes de troubles psychiatriques. D’autres variables étaient significativement associées avec une attitude stigmatisante vis-à-vis de ces patients, telles que le fait de ne pas avoir de proche souffrant d'un tel trouble (OR 1,62, IC95% [1,248 ; 2,104], p <0,001) ou de n’avoir jamais pris en charge un de ces patients (OR 2,36, IC95% [1,471 ; 3,797], p <0,001). A l'inverse, être interne en psychiatrie était associé à un risque réduit de 76% d’être plus stigmatisant (OR 0,236, IC95% [0,116 ; 0,484], p<0,001). On ne retrouvait pas d’association significative avec le genre, l’âge ou le niveau d’avancement dans l’internat. Conclusion : les attitudes des internes à l’égard des patients atteints de troubles psychiatriques pourraient être améliorées en permettant à tous les étudiants en médecine de réaliser un stage en psychiatrie au cours de leur cursus. De même, faire de la stigmatisation un objet spécifique de formation au cours de l’enseignement théorique et lors des stages pratiques semble primordial pour envisager sa diminution au sein des services de santé.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03382321
Contributor : Médecine UB Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, October 18, 2021 - 10:45:34 AM
Last modification on : Thursday, November 25, 2021 - 3:15:46 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, January 19, 2022 - 8:16:12 PM

File

Med_Spe_2021_Navez.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03382321, version 1

Collections

Citation

Noémie Navez. Étude de la représentation des personnes atteintes de troubles psychiatriques chez les internes en médecine français. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03382321⟩

Share

Metrics

Record views

95

Files downloads

18