Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le mouvement-steadicam et la performance du corps : usages, expressions, perceptions

Résumé : D’une part il y a le mouvement-steadicam, qui fait son arrivé dans les années 1970, offrant de nouvelles possibilités d’images au metteur en scène, d’autre part il y a une performance du corps, celui qui l’élance, qui le dirige, qui l’attire. La performance est au-delà du physique, elle est chorégraphique. Depuis son invention en 1973, le steadicam, cet appareil permettant la réalisation de mouvements fluides et libres, a connu une utilisation exponentielle. Il trouve sa spécificité à libérer la caméra, à suivre des personnages dans des trajets libres, chorégraphiés ou improvisés, à être le vecteur de points de vue, à franchir des espaces exigus ou complexes. De ce fait, cette expérience de la mobilité suggère autant l’impression d’explorer et de traverser l’espace, qu’elle confère au film une analogie corporelle et une subjectivité particulière. Étudier le mouvement-steadicam, c’est donc penser le rapport de mobilité avec le corps (de l’opérateur et de l’acteur) et avec lui l’espace, le temps, le récit, le regard et les sensations. Le corps et la caméra semblent se fusionner, s’accompagner, créant une relation caméra-corps singulière. Nous interrogerons cette expérience et cette relation qui s’avèrent être celles du possible, de l’imaginaire et du sensible, de la réalité et du vécu, et qui en s’attardant sur des corps, des gestes, des comportements, dessinent certainement la capacité de l’image à éclaircir les zones les moins perceptibles, les plus intimes. Ce mémoire essaiera de hiérarchiser et de préciser ces idées.
S’il est souvent relayé à un instrument servant pour certaines prises, celles qui nécessitent que la caméra puisse se déplacer amplement avec son personnage, certains cinéastes modernes ont mis le steadicam au coeur de leur mise en scène. En prenant appui sur certains de ces cinéastes, Béla Tarr, Gus Van Sant, Alexandre Sokourov et Terrence Malick, tout en retraçant son histoire avec En route pour la gloire, Rocky, Shining, et en rendant compte de sa puissance, sa particularité (voire son étrangeté) chez Craven, Scorsese, Clark, De Palma ou encore Wan, il s’agira de réaliser une recherche sur un véritable mouvement-steadicam. Nous entendons par là un mouvement doté d’une puissance plastique et formelle. C’est une forme filmique de la mobilité, qui trouve sa force dans la relation entre le corps et le monde, comme instrument d’expression.
Le sens de cette recherche est fondé, d'une part, sur l'étude du processus de création, réfléchissant à la performance et à la technique du corps qui l’a mis en mouvement, d’autre part, sur l’étude de la perception des images, ce qu’elle nous dit du corps, ce qu’elle crée comme forme. Ce mémoire sera l’occasion d’approfondir la recherche sur l’histoire de la technique, mais surtout sur l’esthétique du cinéma en évolution permanente. L’histoire du cadre a évolué afin de proposer de nouveaux récits, de nouvelles manières de partager des histoires et des impressions vivantes. Cinéastes et opérateurs s’unissent afin de proposer des images nouvelles et solidaires, d’épouser au mieux des questions essentielles : l’acteur et la caméra, le personnage et le récit, le mouvement et l’espace, le spectateur et l’image, l’être et le monde. Comment fonctionne la rencontre et la cohésion si présente entre la performance du corps et le mouvement dans les films utilisant le steadicam ? Cette question sera le fil conducteur de notre réflexion.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03384172
Contributor : Ufr Am Usn Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, October 18, 2021 - 5:54:53 PM
Last modification on : Wednesday, October 27, 2021 - 4:16:44 PM

File

MICHEL_Theo_Memoire_M2.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03384172, version 1

Citation

Théo Michel. Le mouvement-steadicam et la performance du corps : usages, expressions, perceptions. Art et histoire de l'art. 2021. ⟨dumas-03384172⟩

Share

Metrics

Record views

124

Files downloads

110