Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Cinéma, politique et ethno-anthropologie : le folklore magico-religieux du Mezzogiorno dans les documentaires « demartiniens » (1954-1962)

Résumé : […] notre étude se déploiera dans des perspectives historique et esthétique et se nourrira des pensées et concepts d’historiens, d’ethno-anthropologues, de critiques de cinéma, de théoriciens et de philosophes – en particulier des écrits de Georges Didi-Huberman – pour aborder les films « demartiniens » d’une façon, nous l’espérons, nouvelle. Ainsi, suivant un angle historique, la première de nos trois parties s’attachera à l’étude du contexte social, politique et cinématographique ayant participé à l’émergence de la filmographie « demartinenne ». L’objectif sera donc de retracer la rencontre entre le cinéma et la discipline ethno-anthropologique en Italie, mais aussi la rencontre de cet art et de cette discipline avec le Sud de l’Italie. Nous aborderons donc l’évolution des représentations – et des non-représentations – du Sud de l’Italie et de ses populations à l’écran qui précède la filmographie « demartinienne », afin de comprendre l’émergence de cet ensemble qui dénote dans le paysage cinématographique au moment du boom économique. Nous retracerons ensuite le parcours d’Ernesto De Martino afin de comprendre l’essence de ses recherches et de ses oeuvres qui, en parallèle, se matérialisent comme source d’inspiration pour les cinéastes « demartiniens ». Enfin, nous reviendrons sur les différentes manières dont la rencontre entre l’ethno-anthropologue et les cinéastes se sont déclinées, et sur les parcours de ces derniers, pour comprendre l’émergence de cette cinématographie. À travers notre seconde partie, nous reviendrons sur la manière dont la filmographie « demartinienne » a été composée a posteriori par des acteurs du champ de l’ethno-anthropologie à la fin des années 1970 et sur les critiques qu’ils en ont faites. Il sera ensuite question de revenir sur les formes de ces films qui apparaissent en non-adéquation avec la manière dont ils furent initialement définis – c’est-à-dire comme films « ethnographiques » – afin de justifier la nécessité de déplacer notre regard pour aborder les films d’une nouvelle manière. Pour ce faire, nous nous attarderons sur les intentions esthétiques et politiques des cinéastes afin de définir les différentes poétiques qui composent cette cinématographie. Dans une troisième partie, c’est donc au travers d’une analyse esthétique que nous définirons les particularités des différentes manières dont les cinéastes « demartiniens » ont représenté le Mezzogiorno. Le premier chapitre sera donc consacré aux cinéastes qui ont choisi de représenter le Mezzogiorno aussi à travers les espaces, le temps et les corps qui n’appartiennent pas au temps dédié à un rite magique, c’est-à-dire un temps que nous appellerons « hors rituel ». Autrement dit, nous intéresserons à la portée des espaces que les « demartiniens » filment, ainsi qu’à la manière dont ils représentent le quotidien de ces paysans. Enfin, dans un ultime chapitre, nous nous pencherons sur l’expérience du rite filmé par les « demartiniens ».
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03430453
Contributor : Ufr Arts, Lettres, Communication Rennes 2 Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, November 16, 2021 - 11:38:23 AM
Last modification on : Friday, November 19, 2021 - 3:17:31 AM

File

2021_MM2_RogezZ.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03430453, version 1

Citation

Zoé Rogez. Cinéma, politique et ethno-anthropologie : le folklore magico-religieux du Mezzogiorno dans les documentaires « demartiniens » (1954-1962). Art et histoire de l'art. 2021. ⟨dumas-03430453⟩

Share

Metrics

Record views

37

Files downloads

7