Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Impact de la Dexmédétomidine pour la sédation en réanimation pédiatrique

Résumé : Introduction : l’instauration d’une sédation en réanimation est une situation courante dans la prise en charge des patients. Malgré ses avantages, la sédation est pourvoyeuse d’effets indésirables (EI) tels que la dépression respiratoire, le collapsus tensionnel, un allongement de la durée de séjour et de ventilation mécanique, de syndrome de sevrage (SS), etc. Actuellement, dans les protocoles de sevrage des sédations, les agonistes α2 adrénergiques d’action centrale comme la dexmédétomidine (DEX) sont de plus en plus utilisés pour s’affranchir de ces EI. En réanimation pédiatrique, l’utilisation récente de la DEX a favorisé la publication de plusieurs études, mais son recours est encore sujette à contradiction. L’objectif de notre étude est d’évaluer l’impact de la DEX dans la sédation en réanimation pédiatrique. Matériels et méthodes : Cette étude rétrospective, monocentrique a inclus 154 patients issus du service de réanimation pédiatrique de l’hôpital de la Timone. Elle a porté sur les périodes de juin à décembre 2016 et de juin à décembre 2020.Résultats : La DEX était plus prescrite dans le groupe 2020 (30.4% en 2016 contre 48% en 2020). On retrouve une diminution de la prescription de midazolam (p = 0.045), ainsi que ses doses maximale (0,173 mg/kg/h contre 0,133 mg/kg/h) et moyenne (0,120 mg/kg/h contre 0,088 mg/kg/h), de la dose moyenne en morphine (18,13 µg/kg/h contre 14,65 µg/kg/h), en clonidine, des doses maximale, moyenne et cumulée de kétamine, et des doses maximale et moyenne en cisatracurium. Il y avait moins de signes de sevrage et de SS. On a constaté une diminution de la durée de ventilation mécanique (8.52 jours en 2020 contre 10.32 jours) avec une diminution du recours à la ventilation non invasive. On retrouve une augmentation de la prescription de noradrénaline en 2020 (25.3% en 2016 contre 45.3% en 2020), avec une diminution de la prescription en milrinone et en dobutamine. Le taux de survenue d’EI graves était similaire (3% dans les 2 groupes). Conclusion : la prescription de DEX a permis de diminuer le recours au midazolam, à la morphine, à la kétamine et aux curares, de diminuer la durée de VM et d’atténuer les effets du syndrome de sevrage et de diminuer sa survenue.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03433049
Contributor : Faculté de médecine AMU Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, November 17, 2021 - 3:35:15 PM
Last modification on : Tuesday, December 14, 2021 - 3:36:16 AM
Long-term archiving on: : Friday, February 18, 2022 - 8:25:14 PM

File

thèse Mohamed M'hatli fac.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03433049, version 1

Collections

Citation

Mohamed M'Hatli. Impact de la Dexmédétomidine pour la sédation en réanimation pédiatrique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03433049⟩

Share

Metrics

Record views

43

Files downloads

13