HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Vécu des soignants en période épidémique !

Résumé : Introduction : le 30 janvier 2020, l’OMS annonce que la COVID 19 est une urgence de santé publique. Rapidement, des mesures telles que le confinement ont dû être adoptées par les pays pour faire face à cette pandémie. Ces mesures d’isolement ont eu un impact psychologique sur les populations et tout particulièrement les soignants. De ce fait, nous avons décidé d’étudier l’impact de la COVID19 sur la santé mentale des soignants des services de réanimation et des urgences de Marseille. L’objectif principal de cette étude était d’évaluer et de comparer les conséquences de la COVID-19 sur la santé mentale et le bien-être des soignants de première ligne exerçant aux urgences et en réanimation pendant le premier confinement en 2020. L’objectif secondaire était d’évaluer et de comparer la prévalence du trouble de stress post traumatique (TSPT) après le premier confinement en 2020. Matériels et méthodes : une étude prospective, longitudinale, comparative, bi-centrique a été réalisée du 3 avril 2020 au 4 juin 2020 au sein des services d’urgences et de réanimation de l’hôpital de la Timone et de l’hôpital Nord (Hôpitaux Universitaires de Marseille), c’est-à-dire pendant et après le premier confinement en France de l’épidémie de COVID-19. L’impact psychologique a été évalué à partir de différents scores validés : MBI, Karasek, SF 12, HAD et PCL 5. Résultats : nous avons inclus 467 soignants et constaté une prévalence élevée de troubles psychologiques dominés par le stress professionnel (44.1%), les symptômes d’anxiété (40.7%) et de dépression (22.1%) alors que la prévalence de l’épuisement professionnel était très faible (1.9%). Cependant, 66% des soignants présentaient une altération sévère d’une des dimensions explorées par le MBI. La qualité de vie des soignants était inférieure à celle de la moyenne de la population générale chez près de la moitié des soignants (48.4%), avec une prédominance sur l’altération de la qualité de vie mentale. Plusieurs de nos résultats mettaient en évidence des différences significatives entre les soignants des urgences et de la réanimation en défaveur de la réanimation concernant l’épuisement professionnel avec au moins une dimension élevée au score MBI (73.2% vs 61.5%, p=0.009), un plus faible soutien social en réanimation (46.9% vs 28.8%, p<0.001) et donc plus d’isostrain, une moins bonne qualité de vie mentale (84.4% vs 75.3%, p=0.011), plus de symptômes anxieux (46.4% vs 37.2%, p=0.049) et une tendance à plus de symptômes dépressifs. Conclusion : la pandémie de COVID 19 a eu un fort impact sur les soignants de première ligne, en termes d’épuisement professionnel, de stress professionnel, de qualité de vie ou responsable de symptômes anxio-dépressifs. Cet impact peut être expliqué entre autres par la peur d’être contaminé par un virus inconnu, ou encore de conditions de travail dégradées. Les personnels de réanimation semblent avoir été plus touchés, probablement en raison d’une exposition à des patients plus graves et d’une moindre capacité d’adaptation en lien avec des contraintes plus importantes qu’aux urgences.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03433171
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, November 17, 2021 - 4:02:09 PM
Last modification on : Wednesday, December 15, 2021 - 3:36:13 AM
Long-term archiving on: : Friday, February 18, 2022 - 8:32:17 PM

File

PDF THESE FINAL-1.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03433171, version 1

Collections

Citation

Agathe Muyl-Cipollina. Vécu des soignants en période épidémique !. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03433171⟩

Share

Metrics

Record views

41

Files downloads

16