HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L' encéphalite d’Hashimoto, une entité clinique à la frontière entre la neurologie et la psychiatrie, particularité de sa prise en charge en psychiatrie, étude rétrospective d’une cohorte française

Résumé : Introduction : L’encéphalite d’Hashimoto (EH) est une entité rare et controversée dans la littérature, associant des symptômes neurologiques et psychiatriques atypiques, dont le diagnostic ne peut être porter qu’après réalisation d’un bilan d’exclusion exhaustif. Des anomalies non spécifiques sont retrouvées lors de l’étude du LCR, de l’EEG et de l’IRM cérébrale. La physiopathologie n’a pas encore été élucidée. Des traitements immunomodulateurs et immunosuppresseurs permettent d’améliorer le pronostic de ces patients. Matériel et méthodes : Une étude rétrospective, observationnelle, multicentrique, a été réalisée sur les données des patients atteints d’EH, recueillies de janvier 2020 à septembre 2021. Les données anamnestiques, cliniques, biologiques, radiologiques et relatives à la prise en charge du patient ont été recueillies. Les objectifs de l’étude étaient de phénotyper la présentation clinique et biologique de ces patients et de discuter l’implication des psychiatres dans leurs prise en charge. Résultats : Vingt-trois patients ont été inclus dans cette étude. Les symptômes neurologiques les plus fréquemment retrouvé étaient des troubles neurocognitifs (n=11), des mouvements anormaux (n=10), des céphalées (n=10), une altération de la conscience (n=9), des crises d’épilepsies (n=8) et une ataxie (n=8). Six patients avaient une présentation psychiatrique initiale qui comprenait un épisode psychotique aigu (n=2), un épisode maniaque avec caractéristique psychotique (n=1), une catatonie (n=1) et un EDC avec caractéristique psychotique (n=2). D’autres symptômes psychiatriques isolés ont également été retrouvés. Dans le sérum, l’ensemble des patients avaient une augmentation des anticorps antithyroïdiens. Des anomalies aspécifiques du LCR ont été retrouvées chez 16 patients. L’EEG était anormal chez 16 patients. L’IRM cérébrale était anormale chez 7 patients. Les corticostéroïdes ont été utilisés chez 22 patients, les IgIV chez 4 patients et les immunosuppresseurs chez 8 patients. Treize patients ont présenté une rechute au cours de l’évolution. Treize patients ont développé des séquelles secondaire à l’épisode d’EH. Discussion : La nomenclature et les critères diagnostiques de l’EH sont débattus dans la littérature. Il s’agit d’une entité à la frontière entre la « psychose auto-immune » et « l’encéphalite auto-immune ». Conclusion : Le diagnostic d’EH est un véritable challenge pour les cliniciens. Il doit être évoqué lors de la présence de symptômes neuro-psychiatriques atypiques associés à des arguments biologiques et radiologiques, afin d’adapter au mieux la prise en charge du patient.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03473131
Contributor : Claire Leboeuf Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, March 14, 2022 - 12:53:44 PM
Last modification on : Saturday, March 19, 2022 - 3:31:28 AM

File

Berel_Camille.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03473131, version 1

Citation

Camille Berel. L' encéphalite d’Hashimoto, une entité clinique à la frontière entre la neurologie et la psychiatrie, particularité de sa prise en charge en psychiatrie, étude rétrospective d’une cohorte française. Sciences pharmaceutiques. 2021. ⟨dumas-03473131⟩

Share

Metrics

Record views

21

Files downloads

302