Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Impact du faible nombre d'installations et/ou de successions sur les conditions d'exercice et l'organisation des médecins généralistes des Alpes de Haute Provence bientôt en âge de partir à la retraite

Résumé : Introduction : le nombre de médecins généralistes est en constante diminution depuis les années 2010. Les successions au sein de cabinets libéraux se font de plus en plus rares. La dégradation de la démographie médicale impacte tous les médecins et particulièrement les médecins en fin de carrière. Le département des Alpes-de-Haute-Provence est en majorité rural ou semi-rural et l’âge moyen des médecins généralistes est élevé. Ce type de territoire est propice à la désertification médicale. L’objectif de cette étude est de décrire la perception de la retraite des médecins qui en sont proches vis-à-vis du peu de succession et d’installation dans leur département. Méthode : nous avons réalisé une étude qualitative au moyen d’entretiens semi-dirigés. Les unités de sens relevées ont été classées en catégories puis en thèmes. Résultat : le contexte démographique est un sujet très préoccupant pour les médecins interrogés. Certains ressentaient de l’angoisse et de la culpabilité à l’idée leurs patients sans relève. Il s’agit pour eux d’un paradoxe car ne s’estiment pas responsables de la situation. C’est pourquoi la majorité ne modifient pas leur mode de travail et ne repoussent pas l’âge de leur départ en retraite. Ne pas avoir de successeur et être témoin de l’échec de ses confrères à en trouver un provoque un certain découragement. Certaines pistes sont tout de même encourageantes, comme le fait de devenir Maître de Stage Universitaire ou monter un projet de maison de santé. De plus, les praticiens se sentent délaissés par les instances responsables, et leurs aides sont largement reconnues insuffisantes ou inadaptées. Discussion : les médecins vivent mal le fait d’être culpabilisés de prendre leur retraite après une carrière entière à traiter les malades. La pénibilité pourtant reconnue de leur travail ne contrebalance pas le désarroi que causerait leur départ. Le manque de médecin ne pousse néanmoins pas à retarder la retraite ni à augmenter le rythme de leur travail, la qualité de leurs consultations primant sur tout le reste. Une succession serait synonyme d’un grand soulagement pour tous les praticiens aspirants à une cessation d’activité proche, beaucoup regrettent ne pas pouvoir transmettre leur savoir-faire et leur patientèle. Les médecins exerçant en milieu rural souffrent plus de la détérioration de la démographie médicale car moins attractive pour les jeunes, et chaque perte pèse très lourd pour la population.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03474979
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, January 6, 2022 - 1:47:09 PM
Last modification on : Friday, January 7, 2022 - 3:22:27 AM

File

Thèse CLENCHARD Rémi.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03474979, version 1

Collections

Citation

Rémi Clenchard. Impact du faible nombre d'installations et/ou de successions sur les conditions d'exercice et l'organisation des médecins généralistes des Alpes de Haute Provence bientôt en âge de partir à la retraite. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03474979⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles