HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Usage et circulation des sources anciennes dans les paratextes de Joachim Camerarius à Sophocle : analyse d’une approche philologique dans la Réception de la tragédie sophocléenne au XVIe siècle

Résumé : L’usage et la circulation des sources anciennes dans les paratextes de Camerarius à Sophocle sont régis par des choix méthodologiques répondant aux contingences historiques et culturelles de l’Europe du XVIe siècle. Dans l’ensemble du corpus, les sources anciennes sont référencées de manière très variable. Quatre cas de figure ont été répertoriés. Dans le premier cas de figure, des passages latins ou grecs sont cités avec mention de leur auteur, mais non pas de l’œuvre. Dans le deuxième cas de figure, les auteurs sont mentionnés avec une paraphrase ou une interprétation de leur message. Dans le troisième cas de figure, des passages en latin ou en grec sont cités textuellement, mais sans mention de l’auteur ni de l’œuvre. Dans le quatrième et dernier cas de figure, certains passages grecs sont cités en traduction latine, sans mention, encore une fois, ni de l’auteur ni de l’œuvre. La citation ou mention des sources anciennes, aussi incomplète soit-elle, s’accompagne aussi, dans le discours de Camerarius, de nombreuses affirmations attribuées à de sources tierces et dont l’identité n’est pas précisée. Ces affirmations “anonymisées” sont repérables par leur construction morphologique : elles sont portées par des verbes déclaratifs à la troisième personne du pluriel (ex. tradunt) dont le sujet est soit absent, soit un quelque pronom indéfini ; ou alors par des verbes à la troisième personne du singulier passif ou impersonnel (ex. adscribitur) ; ou encore, plus rarement, par des verbes de connaissance à la première personne du singulier (ex. scio), dont, encore une fois, les sources ne sont pas précisées. Si ces constructions ont pour effet d’attribuer la quasi-totalité des contenus du paratexte à des sources tierces, dans la plupart des cas les sources en question ne sont pas identifiées. Si la liste des sources anciennes et humanistes identifiées dans ce paratexte nous présente une petite partie de la bibliothèque de Camerarius, identifier les sources se cachant derrière ces passages “anonymisés” nous permettrait certainement d’en découvrir de nouveaux rayons. Cela nous intéresse d’autant plus, que chaque élément de cette bibliothèque est susceptible de contenir des informations précieuses sur la transmission des sources latines et grecques en elles-mêmes. Pour comprendre la méthode de référencement mise en œuvre par Camerarius, il est nécessaire de faire abstraction du système codifié de la philologie contemporaine. Si le savant humaniste ne mentionne pas systématiquement ses références bibliographiques, cela peut être le signe d’un rapport aux sources qui est en quelque sorte détaché de la notion de redevance : comme le suggère Matthieu Ferrand, le philologue du XVIe siècle n’a peut-être pas encore développé une quelconque « obligation morale » vis-à-vis de celles-ci. Pour autant, l’analyse des sources anciennes dans les paratextes de Camerarius démontre que le philologue reconnaît pleinement l’importance des sources anciennes pour la compréhension des textes classiques. Ainsi, bien qu’elle ne semble pas régie par une procédure systématisée, l’approche aux sources adoptée par Camerarius sous-tend les premiers signes de la définition progressive d’une méthode philologique. Qu’il s’agisse de passages cités, mais non attribués, ou d’auteurs mentionnés, mais non cités, ou encore d’affirmations attribuées, mais anonymisées, la richesse en références dans ces paratextes invite à apprécier ce corpus de sources anciennes dans toute son étendue thématique et chronologique. En effet, non seulement ce corpus comprend des sources latines et des sources grecques appartenant à différents genres littéraires, mais il recouvre aussi une période très vaste, allant de l’époque des tragiques grecs (Ve-IVe s. av. J.-C.) jusqu’à celle d’Érasme et de Camerarius lui-même (XVe-XVIe s. apr. J.-C.). Par ailleurs, la tragédie de Sophocle semble occuper une place secondaire dans le corpus, dans la mesure où, bien qu’il s’agisse de paratextes aux éditions de Sophocle, ces paratextes ne sont pas spécifiquement consacrés aux textes de Sophocle ; au contraire, leur discours s’applique le plus souvent à la tragédie grecque dans son ensemble, qu’il s’agisse de ses origines historiques, des sujets traités ou des principaux représentants. Les sources latines et grecques dans ce corpus de paratextes participent aussi de la démarche interprétative mise en œuvre par le philologue. Camerarius appelle de nombreuses sources à appuyer sa lecture moralisante de la tragédie grecque, une lecture qui reste près du texte tout en étant marquée par une critique à l’aridité culturelle qui, d’après le philologue, nuirait à la qualité des études classiques de son temps. En nous demandant dans quelle mesure l’usage des sources anciennes dans ces paratextes témoigne d’une méthode philologique précise, et dans quelle mesure cette méthode philologique répond au projet pédagogique sous-jacent à l’édition de Sophocle par Joachim Camerarius, nous avons cherché à proposer quelques nouveaux éléments de réflexion sur une méthodologie de traitement des sources mise en œuvre dans le cadre de l’édition savante d’un corpus tragique grec au XVIe siècle.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03556836
Contributor : Lettres Et Arts Uga - Bibliothèque Bulles Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, February 4, 2022 - 10:25:21 AM
Last modification on : Sunday, February 20, 2022 - 11:42:01 PM
Long-term archiving on: : Thursday, May 5, 2022 - 6:52:51 PM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2024-02-01

Please log in to resquest access to the document

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03556836, version 1

Citation

Maria Diandra Cristache. Usage et circulation des sources anciennes dans les paratextes de Joachim Camerarius à Sophocle : analyse d’une approche philologique dans la Réception de la tragédie sophocléenne au XVIe siècle. Littératures. 2021. ⟨dumas-03556836⟩

Share

Metrics

Record views

29