HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Approche expérimentale de l’art rupestre mésolithique des chaos gréseux du Bassin parisien : analyse du matériau gravé, techniques de gravure et engagement humain dans une pratique symbolique des derniers chasseurs

Résumé : Ce mémoire est le résultat de deux années de recherches sur l'art rupestre préhistorique du sud de l'Ile-de-France abordé ici sous le prisme de l'archéologie expérimentale et de l'archéométrie. Dit aussi « de Fontainebleau », ce phénomène rupestre couvre un territoire de 1500 km² correspondant à la zone d’affleurement des sables de Fontainebleau au sein desquels du grès s’est formé. Aujourd’hui à l’état de chaos de blocs d’âge quaternaire, ces formations gréseuses offrent des milliers de petites cavités dont plus de 2000 sont porteuses de gravures non-figuratives composées de sillons rectilignes accumulés. Ils sont majoritairement disposés en séries parallèles ou en quadrillages, motifs emblématiques de cet art rupestre. Ces témoignages symboliques foisonnants sont longtemps restés aux marges des réflexions générales sur le Mésolithique en raison des difficultés de datation, mais une reprise récente des données archéologiques confirme une pratique rupestre intense durant le VIIIe millénaire BCE attestée par la présence d'outils lithiques émoussés de cette période au pied des parois gravées. L'approche expérimentale d'une activité qui ne relève pas de l'économie quotidienne des sociétés humaines mais de leurs pratiques symboliques est une voie de renouvellement des connaissances. Pionnière pour l'art gravé de Fontainebleau, notre approche vise à connaitre l’engagement humain dans ces rites rupestres via l’exploration de deux dimensions : 1) la première d’ordre technique concerne la rareté des sillons courbes : est-ce le résultat d'un choix culturel ou bien d'une contrainte matérielle liée au grès gravé ou aux outils lithiques utilisés ? ; 2) la seconde est d’ordre temporelle avec les durées de réalisation des principaux motifs (sillons et quadrillages), données essentielles à la compréhension palethnologique de ce phénomène rupestre. Afin de nous rapprocher le plus des conditions de gravure préhistoriques, nos expérimentations ont porté sur des blocs de grès mobiles et des cavités vierges découvertes des sablières modernes. Les outils de gravure utilisés ont été reproduits d’après le corpus mésolithique. Quatre projets expérimentaux, chacun composés d'une série de courtes expériences de gravure enregistrés dans une base de données relationnelle d'après un protocole guide, structurent notre démarche. Nous avons également développé une méthode inédite et objective de mesure de dureté du grès : quantifier l’influence de cette variable importante au sein de cette roche était le prélude indispensable à l’étude des durées de réalisation des gravures. La première partie des résultats concerne la définition géologique du matériau gravé et de ses propriétés de gravure. Il s’agit en fait d’un cortex friable surfacique souvent inférieur à 1 cm d’épaisseur qui repose sur un coeur de grès dur non gravable. Il se conserve uniquement sur les grès protégés de l’érosion, dans les cavités par exemple. Après cette première description, nous avons cerné les conditions de gravabilité de ces cortex qui varient suivant leur épaisseur (souvent diverse dans une même cavité et parfois sur un unique bloc). Des critères en ressortent qui pourront éclairer à l’avenir la sélection des cavités par les graveurs sachant que celles qui ont été gravées voisinent avec d’autres restées sans motifs. La possibilité de réaliser des sillons courbes avec des outils lithiques a été démontrée ; a contrario, le choix de réaliser des sillons rectilignes si fréquents sur les parois archéologiques relève bien d’un choix culturel. Enfin, l'analyse approfondie des variables en jeu dans les durées de réalisation des gravures nous autorise à proposer des équations pour estimer la durée de réalisation de n'importe quel sillon ou quadrillage archéologique. Au final, le temps moyen de gravure de ce dernier motif a pu être estimé entre 5 et 15 min. Ces résultats nous permettent d’ouvrir la question de l’implication humaine dans le phénomène rupestre du massif de Fontainebleau. Vu la grande quantité de cavités gravées dispersées sur un large territoire, il était déjà clair que cette activité fut l’expression d’une collectivité partageant des traditions communes. Nous pouvons désormais ajouter que l'acte de graver une série de sillons où un quadrillage n'était pas un exercice difficile et que les durées de réalisation en jeu ne nécessitaient pas le dégagement d’un temps important. Cette pratique pourrait ainsi constituer l’activité rituelle courante d'un grand nombre d'individus dans une multitude de lieux aisément accessibles. De plus, les outils et techniques simples qu’elle met en oeuvre ne suggèrent pas l’existence de spécialistes techniques dédiés à leur réalisation. Il y a là un contraste avec certaines oeuvres d’art pariétal paléolithique en grottes profondes parfois difficilement accessibles, témoignant d’un haut degré de technicité et dont la réalisation peut se compter en heures. De même, les grandes représentations piquetées de personnages accompagnés de leurs haches sur des mégalithes ostentatoires en grès dur datant du Néolithique moyen dans la même région de Fontainebleau semblent autrement plus longues à réaliser, relevant certainement d’une autre sociologie.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03577363
Contributor : Ufr03 Histoire de l'Art Et Archéologie Paris 1 Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, February 16, 2022 - 4:29:03 PM
Last modification on : Friday, April 29, 2022 - 10:12:54 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, May 17, 2022 - 8:05:03 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03577363, version 1

Citation

Alexandre Cantin. Approche expérimentale de l’art rupestre mésolithique des chaos gréseux du Bassin parisien : analyse du matériau gravé, techniques de gravure et engagement humain dans une pratique symbolique des derniers chasseurs. Art et histoire de l'art. 2019. ⟨dumas-03577363⟩

Share

Metrics

Record views

87

Files downloads

1