Évaluation de l’intérêt du test d’activation des basophiles comme outil de diagnostic de l’allergie à l’arachide et aux protéines de lait de vache - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Evaluation of the basophil activation test in the diagnosis of peanut allergy in children

Évaluation de l’intérêt du test d’activation des basophiles comme outil de diagnostic de l’allergie à l’arachide et aux protéines de lait de vache

Abstract

Background: determining the threshold dose and the severity of a potential clinical reaction is necessary. The benefit of the BAT in this context was assessed by using a new 6-concentration allergen determination method and its results compared to those obtained during OFC. Objective: this study’s primary objective was to compare basophils activation test (BAT) results based on a 6-concentration allergen calculation method (using R software) and oral food challenge (OFC) results in order to evaluate the BAT as a tool for diagnosis peanut allergy. The secondary goal was to determine BAT expression markers threshold causing reactions in children during OFC in order to replace the OFC by the BAT. Methods: a prospective study was carried out during the child's hospitalisation in a day hospital for OFC. All children were analyzed based on their BAT and OFC results. CDmax, CDsens and area under the curve (AUC) were monitored by flow cytometry after peanut whole extract (f13) or peanut molecular component Ara h 2 stimulation according to the expression of CD63 or CD203c. Results: 55 patients were enrolled in the study and performed OFC and BAT. One BAT non-responder patient were excluded. 3 others patients were also excluded due to activation of basophils during BAT in negative control. Thus 51 peanut BAT were analysed including 31 patients with positive OFC and 20 with negative OFC. We showed that CDsens to f13 or Ara h 2 calculated by our “R” method were closely comparable to those obtained by a method elsewhere published using a Pearson’s correlation with r = 0.82 and r = 0.83, respectively. By using this new method, we showed that CDsens and AUC to f13 or Ara h 2 were significantly increased in patients with positive OFC compared to patients with negative OFC, either for CD63 or CD203 (p < 0.0001). Futhermore, AUC were statistically correlated with threshold dose and the severity of allergic reaction during OFC. We next determined an optimal cutpoint of BAT AUC to f13 or Ara h 2 using CD203c or CD63 and showed that BAT AUC to f13 using CD63 and BAT AUC to Ara h 2 using CD63 seemed to be the more relevant BAT parameters in predicating OFC results. Conclusion : basophil reactivity was associated with OFC results, the threshold of allergic reactions and with clinical grade during OFC. BAT thus shows its interest and performance in the diagnosis of peanut allergy. It also makes it possible to assess the clinical severity of consuming a certain amount of peanut without going through OFC, when BAT is positive. AUC seems to be the best markers for predicting threshold dose during OFC for peanut-allergic patients, as well as to differentiate allergic patients from only sensitized patients. Peanut BAT would therefore be an excellent alternative to OFC, considerably decreasing the number of potentially dangerous OFC for children.
Introduction : l’allergie alimentaire constitue un problème de Santé Publique. L’allergie à l’arachide et aux protéines de lait de vache sont fréquentes, la nécessité de poser un diagnostic fiable permet une prise en charge adaptée de l’enfant. L’altération de la qualité de vie pour l’enfant et sa famille ainsi que les risques encourus lors du test de provocation par voie orale (TPO), ont conduit les pédiatres à rechercher une méthode alternative moins risquée mais tout autant sensible et spécifique que le TPO. Ainsi, le test d’activation des basophiles (TAB) pourrait représenter une alternative au gold standard dans le diagnostic de l’allergie alimentaire, le TPO. Objectifs : nous avons élaboré une nouvelle méthode de calcul du CDsens basée sur 6 concentrations d’allergène. Puis nous avons comparé les résultats obtenus à l’issu du TPO à ceux du TAB. Enfin, nous avons déterminé des valeurs seuils pour les différents paramètres du TAB afin de prévoir au mieux la réaction clinique de l’enfant lors de l’ingestion de l’allergène. Méthodes : nous avons analysé 51 TAB dans le cadre de l’allergie à l’arachide et 20 pour l’allergie aux protéines de lait de vache, l’ensemble de ces patients avait réalisé un TPO le même jour pour l’allergène suspecté. Résultats : dans le cadre de l’allergie à l’arachide, le CDmax et l’AUC après stimulation par f13 et Ara h 2 pour le CD63 et le CD203c se sont montrés très pertinent pour discriminer les patients allergiques des patients simplement sensibilisés. Ces deux marqueurs se sont révélés corrélés à la dose réactogène et à la sévérité clinique observée lors du TPO, contrairement au CDsens. Sept patients ont eu des résultants discordants (TAB+/TPO-), ces patients étaient pour la majorité en cours de protocole d’induction de tolérance par voie orale (ITO). Concernant les TAB aux protéines de lait de vache, les résultats ont été plus difficilement exploitables. En effet, sur les 20 TAB réalisés seulement 10 ont pu être exploité, 10 avaient été exclus en raison d’une activation des basophiles dans le contrôle négatif. Le CDmax et l’AUC après stimulation par f2 et f78 pour le CD63 et CD203c ont montré une corrélation avec la dose réactogène. Concernant l’activation des basophiles dans le contrôle négatif observée pour 10 patients, le dosage des IgE spécifiques dirigées contre 12 albumines différentes a été réalisé. Les 10 patients présentaient une sensibilisation contre au moins une de ces albumines. Conclusion : le TAB montre ainsi son intérêt dans le diagnostic de l’allergie à l’arachide par le suivi du CDmax ou l’AUC. Une mise en routine et une standardisation de ce test permettraient de diminuer considérablement le nombre de TPO. Concernant les TAB aux protéines de lait de vache, la poursuite de cette étude sur une plus grande cohorte de patients serait nécessaire. Cependant, les premiers résultats obtenus montraient que le CDmax et l’AUC pourraient être des outils pertinents dans le cadre de l’allergie aux protéines de lait de vache. Il serait intéressant de mettre en place un nouveau protocole de TAB pour le lait de vache afin d’éviter l’activation des basophiles dans le contrôle négatif.
Fichier principal
Vignette du fichier
GODIGNON Marine.pdf (1.9 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03642496 , version 1 (15-04-2022)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03642496 , version 1

Cite

Marine Godignon. Évaluation de l’intérêt du test d’activation des basophiles comme outil de diagnostic de l’allergie à l’arachide et aux protéines de lait de vache. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-03642496⟩
20 View
98 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More