La politique d'ordre public à Caen sous le mandat de François-Gabriel Bertrand (1848-1870) - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2022

Publics policies in Caen under the mandate of François-Gabriel Bertrand (1848-1870)

La politique d'ordre public à Caen sous le mandat de François-Gabriel Bertrand (1848-1870)

Abstract

Before Louis-Napoléon Bonaparte came to power, first as President and then as Emperor, the city of Caen was seen as one of the most insalubrious cities where insecurity reigned. Residents indulged in a wide variety of immoral practices, subjecting the city to degradation, and making the public domain unsafe. In the first half of the 19th century, different municipal teams tried to resolve the many problems that Caen faced, but did not manage to bring the city into the hygienic progress of the century, nor to promote order and security. Referred to as a "sleepy city" by Gabriel Désert (History of Caen, 1981), Caen experienced a turning point in 1848, with the arrival of a reformist mayor François-Gabriel Bertrand. During his 22 years in office, he established public order based on four major fields of action: health, public security, traffic control, and 'good order'. The establishment and maintenance of these public policies concerned the city as a whole including its dwellers, collectively and individually. The mayor’s success was made possible due to the significant freedom of action he enjoyed, a municipal council that supported him in the interest of the city, as well as the stamp of approval he received from higher administration. Importantly, the mayor also delegated authority to a group of municipal staff, who exercised control and active surveillance in some locations.
Avant l’arrivée au pouvoir de Louis-Napoléon Bonaparte, d’abord président puis empereur, la ville de Caen est vue comme une cité des plus insalubres où l’insécurité règne. Les habitants de cette ville délétère se livrent à un grand nombre de pratiques allant à l’encontre de la morale, rendant la ville sujette à de nombreuses dégradations, et la voie publique dangereuse, où les habitants sont sujets à de nombreux accidents. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, les différentes équipes municipales tentent de régler les nombreux problèmes présents à Caen, mais ne parviennent pas à emmener la ville vers les progrès hygiéniques du siècle, ni à y promouvoir l’ordre et la sécurité. Qualifiée de ville somnolente, pour reprendre les mots de Gabriel Désert (Histoire de Caen, 1981), la ville de Caen connaît un tournant dans son histoire en 1848, avec l’arrivée d’un maire réformateur : M. François-Gabriel Bertrand. Au cours de sa longue édilité de 22 années, il instaure un ordre public à Caen, reposant sur les quatre grands champs d’action que sont : la salubrité, la sécurité publique, l’encadrement de la circulation au sein de la ville et le « bon ordre ». L’instauration et le maintien de cette politique d’ordre public concerne la ville dans son ensemble, et les habitants et usagers, collectivement et individuellement. Elle est permise grâce à une grande liberté d’action du maire, due à un conseil municipal le laissant agir pour les intérêts de la cité, et d’un soutien de l’administration supérieure. Mais également grâce à un ensemble de personnels municipaux, qui exercent un contrôle et une surveillance active en certains lieux, par délégation de l’autorité par le maire.
Fichier principal
Vignette du fichier
Memoire_Heurtevent_Thomas.pdf (2.88 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-04077173 , version 1 (21-04-2023)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-04077173 , version 1

Cite

Thomas Heurtevent. La politique d'ordre public à Caen sous le mandat de François-Gabriel Bertrand (1848-1870). Histoire. 2022. ⟨dumas-04077173⟩
68 View
49 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More