Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La marche vers la mort de deux héroïnes du théâtre d'Euripide : Iphigénie & Polyxène

Résumé : "Il faut rendre aux Grecs ce qui est aux Grecs." Ce proverbe revu et corrigé rend hommage à ce qui a passionné et inspiré à travers les siècles les plus grands auteurs tels que Racine, Giraudoux, et bien d'autres : la tragédie grecque. La tragédie a en effet atteint l'apogée de son art au Ve siècle av. J.-C. (...) Travaillée par les auteurs grecs, la tragédie a acquis ses lettres de noblesse et incarne encore aujourd'hui toute la splendeur du genre théâtral. S'intéresser au théâtre grec de l'Antiquité amène forcément à penser aux trois grandes figures dans le genre : Eschyle, Sophocle et enfin Euripide. Ce dernier n'a cependant pas connu la gloire de ses prédécesseurs déjà adulés de leur vivant. Euripide a été très controversé en son temps mais a pourtant acquis une gloire post-mortem inégalable. De fait, l'incompréhension de ses contemporains n'a pas empêché la reconnaissance de la postérité grâce aux dix-huit pièces que l'on a pu conserver de lui. En outre, Euripide a définitivement conquis le monde de la littérature en devenant la "muse" de Racine lui-même qui a ainsi écrit l'un des chefs-d'œuvre du XVIIe siècle, Iphigénie, joué en 1674. La critique littéraire contemporaine s'accorde à reconnaître la modernité d'un auteur du Ve siècle av. J.-C. Euripide a su, à partir des thèmes mythiques qui composaient le répertoire de la tragédie ancienne, donner un second souffle à l'expression théâtrale. Il est donc tout à fait judicieux de s'intéresser à l'œuvre de cet auteur dont l'inspiration a provoqué tant de réactions. Parmi les pièces qui sont parvenues jusqu'à nous, Euripide en a écrit un certain nombre appartenant au cycle troyen. La guerre de Troie reste, grâce à Homère, le mythe grec par excellence. Euripide a puisé dans la mythologie pour mettre en scène les aléas de la guerre, cause de tant de malheurs et de victimes. Alors que l'aède était seul sur scène pour rapporter la geste homérique, le théâtre présente deux, puis trois protagonistes pour relater et faire vivre ces événements. Le spectateur revit donc le sacrifice de Polyxène, princesse troyenne par sa naissance, dans Hécube et celui de Iphigénie, princesse grecque tuée dans Iphigénie à Aulis. Euripide aurait écrit chacune des deux pièces en 424 av. J.-C. et en 405 av. J.-C. La trame d'Hécube nous projette déjà dans la défaite troyenne et évoque le sort de la reine déchue, Hécube, qui perd dans la pièce les derniers de ses enfants : Polydore et Polyxène. Jouée presque vingt ans plus tard, Iphigénie à Aulis présente le sacrifice de la princesse Iphigénie, condition pour que la flotte grecque puisse partir pour Troie. Le sort de ces victimes de guerre s'avère des plus intéressants à étudier quand l'on sait que l'une et l'autre princesses sont sacrifiées dans une guerre où les hommes ne sont pas les seuls à s'affronter. En effet, chacune d'entre elles se voit mise à mort au nom d'un dieu et devient pour ainsi dire la parfaite représentation du sacrifice de la "victime" rituelle des fêtes dionysiaques. Une étude thématique de ces deux jeunes filles permettrait de mieux saisir le travail d'un auteur qui a eu à cœur de développer le thème du "héros", ce "demi-dieu" auquel semble croire Euripide. Comment ces deux personnages s'avancent-ils vers la mort ? Quels sont les débats qu'ils suscitent ? Comment y prennent-ils partie ? Autant de questions à se poser sur des victimes dont le destin est inexorablement scellé, comme tout le monde le sait dès le début du spectacle. Afin d'apprécier au mieux l'étude des personnages, il convient d'abord de se plonger dans le contexte de leur naissance littéraire. Il est alors nécessaire de connaître la situation historique d'Athènes, "patrie" de la tragédie grecque qui atteint son apogée avec Euripide. L'auteur se sert du terroir grec pour introduire le sujet de ses pièces ; le spectateur se retrouve plongé dans les mythes grecs. On est ensuite à même d'étudier plus en détails les personnages clés des deux pièces étudiées, Hécube et Iphigénie à Aulis. Iphigénie et Polyxène présentent bien des points communs. Et bien que leur marche vers la mort diffère selon la personnalité de chacune, Euripide donne le même enjeu à chacune : faire de deux jeunes filles innocentes, victimes de la folie humaine, de véritables héroïnes. Finalement, cette lecture amène une réflexion plus large autour des héros et des héroïnes face aux dieux de l'Antiquité. Tout cela met en valeur la modernité d'Euripide qui met en scène les personnages face à leur destin, les laissant "libres" de devenir des héros ou des monstres propres à susciter chez le spectateur la meilleure des catharsis.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [25 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00516456
Contributor : Uppa - Bibliothèque Spécialisée Érasme <>
Submitted on : Thursday, September 9, 2010 - 4:56:49 PM
Last modification on : Friday, January 15, 2021 - 9:24:37 AM
Long-term archiving on: : Friday, December 10, 2010 - 2:38:09 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00516456, version 1

Collections

Citation

Anne Delmas. La marche vers la mort de deux héroïnes du théâtre d'Euripide : Iphigénie & Polyxène. Littératures. 2007. ⟨dumas-00516456⟩

Share

Metrics

Record views

1133

Files downloads

4110