Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Maître et disciple dans l'univers romanesque : fiction et paideia : une étude comparatiste

Résumé : En tant que mode de pensée, la paideia s'inscrit dans une tradition essentiellement classique, héritée de la Grèce antique. Elle mêle les savoirs emblématiquement représentés par les figures divines d'Athéna, d'Arès et de Dionysos ; incarnations respectives du savoir, du conflit et de l'initiation. En tant que processus progressif et construit, la paideia doit être envisagée sous un jour purement chronologique, selon trois grands moments. Dans une phase d'élévation, le disciple s'identifie au maître. Ce dernier offre alors à son élève un modus operandi qui va l'aider à trouver son chemin dans le labyrinthe du monde. Une méthode s'appuyant sur un recours systématique au savoir, à la référence livresque, ainsi que sur un mode de pensée. Cette première étape est suivie d'une expérience plus douloureuse durant laquelle l'élève voit son savoir mis à l'épreuve ; il s'essaie à lire le monde de ses propres yeux, à appliquer seul la démarche magistrale. De tâtonnements en erreurs, le personnage se heurte à un échec final qui met un terme à la paideia proprement dite : le monde s'est refusé à lui, il prend la forme d'un texte presque illisible et définitivement énigmatique. Cet échec du disciple trouve son origine dans les vertus et les vices qui caractérisent les différents avatars de la figure du maître. D'un côté, la paideia est corrompue par des incarnations dégradées de la fonction magistrale, des maîtres incomplets qui, au mieux, jettent le trouble dans le processus d'initiation, et au pire font dévier le cours de l'apprentissage et précipitent la chute du disciple. De l'autre côté, la paideia s'effondre sur un paradoxe qui lui est consubstanciel : le maître incarne les vertus idéales à un point tellement parfait que le rapport de mimesis vole en éclats, le disciple ne pouvant espérer égaler son modèle. Dans tous les cas, l'expérience se solde par un échec. Le sujet de la fiction s'achevant sur une impasse, c'est dans le récit en tant qu'objet que la paideia trouve une issue opérante. Sur un plan strictement narratif, l'échec de son expérience conduit le personnage, maître ou disciple, à entreprendre le récit de l'entreprise inaboutie. L'écriture s'offre ainsi comme la trace lisible du processus éducatif. Ce faisant, elle aboutit en tant que texte à une contamination du lecteur. Dépassant le cadre de la narration, l'œuvre se hisse à une dimension d'abord intertextuelle puis métatextuelle. Le processus d'apprentissage, initialement conçu comme sujet romanesque, laisse la place à un lecteur devenu sujet et soumis à une nouvelle forme de paideia dont l'objet est le récit lui-même. Le roman trace par fragments les contours du sens. Le lecteur accède à ce sens par détour : en recomposant à la suite du narrateur les fragments du récit.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [23 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00517460
Contributor : Uppa - Bibliothèque Spécialisée Érasme <>
Submitted on : Tuesday, September 14, 2010 - 4:00:27 PM
Last modification on : Friday, January 15, 2021 - 9:24:37 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, December 15, 2010 - 2:49:34 AM

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00517460, version 1

Collections

Citation

Olivier-Richard Torres. Maître et disciple dans l'univers romanesque : fiction et paideia : une étude comparatiste. Littératures. 2010. ⟨dumas-00517460⟩

Share

Metrics

Record views

406

Files downloads

2073