Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La protrusion acétabulaire majeure dans les reprises d'arthroplastie de hanche : conséquences anatomiques et impact sur la stratégie de révision. Étude rétrospective sur 11 années de pratique rouennaise

Résumé : Cette étude rétrospective menée sur 11 années au CHU de Rouen regroupait les cas de reprises d'arthroplastie de hanche avec protrusion acétabulaire majeure supérieure à 15 millimètres en dedans de la ligne de Kôhler. Quinze patients d'âge moyen de 73,8 ans (53-87) au moment de la révision ont été inclus dans l'étude. Les données recherchées étaient les précautions pré-opératoires particulières prises par les opérateurs, ainsi que les techniques de révision employées. Les pertes de substances osseuses étaient évaluées par les classifications de la SOFCOT, de Paprosky, de l'AAOS et de Saleh, le centrage des cupules par la classification de la SOO 2004, et l'intégration des greffes par la classification de Moreland. Les résultats cliniques étaient évalués par les scores HHS et PMA. La protrusion acétabulaire moyenne était de 26,9 millimètres (7,0-41,5) et survenait dans deux situations : une perte de substance cavitaire de l'arrière fond, ou une perte de substance osseuse massive avec destruction du mur médial. L'analyse des données a montré que 7 patients ont bénéficié d'une exploration radiologique complémentaire afin de dépister une éventuelle lésion intra-pelvienne associée (lésion vasculaire, vésicale ou digestive). Pour 5 patients, l'abord de la cupule a été complété par une voie d'abord sous-péritonéale afin de contrôler les vaisseaux pelviens. Le recul radiologique moyen était de 30,9 mois (2-98). Deux patients sont décédés, et un troisième est perdu de vue. Cinq patients ont présenté une complication post-opératoire, dont une grave, et une ayant mené au décès. La technique de reconstruction privilégiée était le cotyle de reconstruction Saturne (laboratoire Amplitude®) dans 11 cas. La survie de cet implant était de 75% à 2 ans, et de 45% à 5 ans. Cinq patients sont en situation d'échec radiologique au plus grand recul. Le score HHS moyen était de 67,7 points (27-97) et le score PMA moyen était de 11,3 points (4-17). Aucun n'a été réopéré. Cette étude précise que la protrusion acétabulaire est un signe radiologique imposant la réalisation d'une exploration intra-pelvienne pré-opératoire, et d'un abord sous-péritonéal pour contrôle premier des vaisseaux. Le cotyle Saturne donne des résultats cliniques moyens, et semble ne répondre que partiellement aux difficultés liées à une révision acétabulaire avec protrusion massive.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [39 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00745336
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Thursday, October 25, 2012 - 12:28:40 PM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Saturday, January 26, 2013 - 3:40:45 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00745336, version 1

Citation

Élodie Payet. La protrusion acétabulaire majeure dans les reprises d'arthroplastie de hanche : conséquences anatomiques et impact sur la stratégie de révision. Étude rétrospective sur 11 années de pratique rouennaise. Médecine humaine et pathologie. 2012. ⟨dumas-00745336⟩

Share

Metrics

Record views

1377

Files downloads

5720