Trois œuvres musicales emblématiques de la résistance des musiciens juifs tchèques, dans le ghetto de Theresienstadt (1941-1944) - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2013

Trois œuvres musicales emblématiques de la résistance des musiciens juifs tchèques, dans le ghetto de Theresienstadt (1941-1944)

Abstract

The ghetto of Terezin in Czechoslovakia was the theatre of the biggest artistic mystification in nazi Germany. Situated north of Prague, the ghetto was used as a propaganda camp for the international community, in order to reassure the whole world about the enviable condition meant for the Jewish community living on the territory of Reich III.
Actually, as the nazi propaganda in Germany and the invaded and annexed territories aimed at forbidding all jewish or nationalist composers' music, as German musicians of the past and Richard Wagner's music held a place of honor, the artists prisoners in the ghetto of Terezin camp were allowed "fair" conditions of life and could compose and play all sorts of pieces of music in the style that suited them : klezmer music as well as biblical songs, modern or "degenerated" music, jazz and cabaret music. Yet, the musicians were not content with composing "for the sake of composing": they often did it with a purpose of resistance.
This essay intends to analyze some literary and musical means used to this end: Giuseppe Verdi's Requiem, Hans Krasa's opera for children Brundibar, Viktor Ullmann's opera Der Kaiser von Atlantis.
A visit to the camp was organized for the International Red Cross on June 23rd, 1944. The composers mentioned in this essay were sent to the extermination camp of Auschwitz on October 16th, 1944 and died there.
Le ghetto de Terezin (Tchécoslovaquie) fut le théâtre de la plus grande mystification artistique de l'Allemagne nazie. Situé au nord de Prague, ce ghetto servit de propagande à l'intention de la communauté internationale, visant à rassurer le monde entier sur le sort enviable réservé à la communauté juive vivant sur le territoire du IIIe Reich.
De fait, alors que la propagande nazie en Allemagne et dans les territoires envahis et annexés visait à bannir toute musique de compositeurs juifs ou nationalistes, alors que la musique mise à l'honneur était celle de Richard Wagner et celle des musiciens allemands du passé, les artistes détenus dans la partie ghetto du camp de Terezin bénéficièrent de conditions de vie "correctes" et purent composer et interpréter toutes sortes d'œuvres dans le style de musique qui leur convenait : aussi bien de la musique klezmer que des chants bibliques, de la musique moderne ou "dégénérée", de la musique de jazz et de cabaret.
Pour autant, les musiciens ne se contentèrent pas de composer "pour composer" : ils le firent souvent dans une optique de résistance. Ce mémoire propose de décrypter certains moyens littéraires et musicaux utilisés à cette fin dans trois œuvres magistrales : le Requiem de Giuseppe Verdi, l'opéra pour enfants Brundibar d'Hans Krasa et l'opéra Der Kaiser von Atlantis de Viktor Ullmann.
Une visite du camp fut organisée pour la Croix-Rouge Internationale, le 23 juin 1944. Les compositeurs mentionnés dans ce travail furent tous déportés le 16 octobre 1944 vers le camp d'extermination d'Auschwitz d'où ils ne revinrent pas.
Embargoed file
Embargoed file
0 7 5
Year Month Jours
Avant la publication
Tuesday, December 31, 2024
Embargoed file
Tuesday, December 31, 2024
Please log in to request access to the document

Dates and versions

dumas-00876150 , version 1 (23-10-2013)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00876150 , version 1

Cite

Marie-Anne Cohu-Cabaret. Trois œuvres musicales emblématiques de la résistance des musiciens juifs tchèques, dans le ghetto de Theresienstadt (1941-1944). Histoire. 2013. ⟨dumas-00876150⟩
606 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More