Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Évaluation monocentrique de la tolérance et de l'efficacité du traitement par embolisation des endofuites de type I et II après traitement endovasculaire des anévrysmes de l'aorte abdominale

Résumé : Objectifs : Déterminer la tolérance et l’efficacité de l’embolisation des endofuites de type I et II après EVAR. Matériel et méthode : De 2008 à 2015, 13 patients consécutifs (9 hommes, 4 femmes; âge médian:79.7ans, 62-87) présentant une endofuite de type I persistante après EVAR, ont subi une embolisation par voie intra-artérielle. Et 28 patients consécutifs (25 hommes, 3 femmes; âge médian: 75.35 ans, 59-90) ont été traités pour une endofuite de type II persistante (n=29) par embolisation avec de l’Onyx® et des coils par voie intra-artérielle (n=25) ou par ponction directe (n=10). Les embolisations ont eu lieu sous contrôle fluoroscopique et sous anesthésie locale. Le contrôle de l’embolisation a été basé sur le diamètre maximal du sac anévrismal mesuré par TDM. Résultats : Le suivi des embolisations d’endofuite de type I a été de 8 mois (1-19). Le succès technique a été fait chez tous les patients. La durée moyenne de procédure et le PDS ont été de 37 minutes et 412 mGy.cm2 (90-800) respectivement. Une insuffisance rénale aiguë a été rapportée après une embolisation. Le diamètre de l’anévrisme était stable chez 11 patients (91.7 %, 11/12), sans endofuite résiduelle chez 9 patients (75%, 9/12) décelée durant le suivi. Le suivi des embolisations des endofuites de type I a été de 17.03 mois (1-49). La durée de procédure et le PDS était de 45.9 minutes (16-97) et de 419 mG.cm2 (30-1200) respectivement. Aucun effet indésirable n’a été reporté. Le succès technique était significativement plus faible dans la technique intra-artérielle (17/25) par rapport à la ponction directe (10/10) (p=0.02). L’efficacité clinique primaire et secondaire était de 75% (21/28) et 96.4% (27/28) respectivement. L’efficacité technique primaire et secondaire était de 58.6% (17/29) et 72.4% (21/29) respectivement. L’efficacité technique primaire était plus élevée dans l’embolisation intra-artérielle (p=0.01), quand l’endofuite était complètement embolisée (p<0.001) ou lorsque l’origine de l’endofuite provenait de l’AMI (p=0.05), mais plus faible lorsque l’endofuite était complexe (IIB) (p<0.001). Conclusion : L’embolisation des endofuites de type I persistantes apparaît efficace, spécialement après c-EVAR, avec peu de complication. L’embolisation des endofuites de type II présente une très faible morbidité, et est efficace à condition d’être le plus complet possible.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [190 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01246622
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Friday, December 18, 2015 - 6:25:54 PM
Last modification on : Wednesday, August 23, 2017 - 4:32:39 PM
Long-term archiving on: : Saturday, March 19, 2016 - 3:10:34 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01246622, version 1

Collections

Citation

Clément Marcelin. Évaluation monocentrique de la tolérance et de l'efficacité du traitement par embolisation des endofuites de type I et II après traitement endovasculaire des anévrysmes de l'aorte abdominale. Médecine humaine et pathologie. 2015. ⟨dumas-01246622⟩

Share

Metrics

Record views

81

Files downloads

646