Les enjeux de l'eau au Kilimandjaro (Tanzanie) : étude du cas d'Uru East

Résumé : Aujourd'hui, le Kilimandjaro est une région agricole de première importance en Tanzanie. Ses pentes constituent un espace montagnard fortement valorisé par des pratiques agricoles fondées sur l’utilisation d'un système d'irrigation traditionnel ancien. Son peuple, les Chagga, a su tirer profit des richesses naturelles qu'offrait ce site exceptionnel. Le volcan s'apparentait alors à une île de verdure, ou encore à une oasis de fraicheur, qui s'opposait aux plaines sèches environnantes. En effet, à l'abondance des précipitations s'ajoutait la fertilité des sols d'origine volcanique. Les populations y ont trouvé refuge, et en ont fait une des régions les plus riches de Tanzanie. Ils ont élaboré un système d'agriculture intensif fondé sur l'association des cultures de la banane et du café. Le peuple de la montagne s'est concentré sur le versant sud. C'est là que nous avons effectué notre travail de terrain. Nous avons choisi le sujet de l'eau au Kilimandjaro pour deux raisons. La première est le fait de la réalité objective : la richesse hydrologique que présentait le Kilimandjaro, la présence imposante de son glacier et de son immense forêt dans un espace très densément peuplé, constituaient un intérêt majeur pour un sujet de géographie. La seconde, subjective et plus tardive, est le fruit des premiers contacts avec le terrain et les paysans chagga, notamment sur le transect de Machamé, situé plus à l'ouest. À ce moment, nous avons pris conscience de l'intérêt du système d'irrigation que leurs ancêtres ont construit. Nous avons été très sensibles à la valeur qu'ils y attachent. En effet, nous avons réalisé que les canaux constituent d'abord une richesse matérielle en termes de profit économique. Mais elle a aussi une immense valeur sociale et culturelle. La vie du peuple chagga est pour beaucoup organisée autour de l'irrigation. Ces deux raisons ont motivé notre choix car ce sujet se situait au cœur même de la géographie. Notre lieu d'étude se situe sur les premières pentes, aux environs de la ville de Moshi. La population chagga vit sur des versants découpés en planèzes longitudinales, et jusqu'à 1800 mètres d'altitude. Nous avons décidé de choisir un transect nord-sud relativement accessible. Nous devions tenir compte du facteur déterminant de la saison des pluies et qui rend la plupart du temps les pistes impraticables par le moyen de transport local qu'est Ie Dala-Dala (mini bus tanzanien). Nous avons donc travaillé dans le Ward d'Uru East (subdivision administrative qui correspondrait à nos cantons) quelques kilomètres au nord-est de la ville de Moshi. Uru East compte sept villages localisés entre 1000 et 1800 mètres d'altitude et qui rassemblent une population de 23.317 habitants. Nous avons essentiellement mené nos enquêtes dans les quatre villages de Mwasi South, le plus bas en altitude (1000 mètres), Kishimundu, Mwasi North, et Matéruni, le plus haut (1800 mètres).
Type de document :
Mémoires
Géographie. 1998
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [10 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01330125
Contributeur : Ben Ogumbo <>
Soumis le : vendredi 10 juin 2016 - 08:47:28
Dernière modification le : jeudi 4 janvier 2018 - 11:02:21

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01330125, version 1

Collections

Citation

Maïlys Chauvin. Les enjeux de l'eau au Kilimandjaro (Tanzanie) : étude du cas d'Uru East. Géographie. 1998. 〈dumas-01330125〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

192

Téléchargements de fichiers

34