Étude des mouvements anormaux dans une population non sélectionnée de patients ambulatoires souffrant de schizophrénie

Résumé : La schizophrénie atteint 1% de la population mondiale et est responsable de nombreuses dépenses de santé. La schizophrénie recouvre une importante hétérogénéité clinique. Aucun symptôme n’est caractéristique de ce trouble. Il n’existe à ce jour aucun examen biologique ou radiologique pathognomonique de cette affection. Le diagnostic repose donc sur un faisceau d’arguments cliniques et, en particulier, sur l’association de trois grandes dimensions de symptômes : positifs, négatifs et désorganisés. Leur présence doit être observée pendant une durée suffisante et induire un impact fonctionnel majeur. Il existe une 4e dimension dite neurocognitive. En effet, 70 à 80% des patients schizophrènes souffrent de troubles cognitifs en particulier de l’attention, de la mémoire et des fonctions exécutives. La stabilité des symptômes dans le temps permet de distinguer la schizophrénie des pathologies mentales cycliques. De même l’association de symptômes positifs à des symptômes négatifs et/ou à une désorganisation permet de distinguer la schizophrénie d’un trouble délirant. Enfin, il est important de savoir rechercher un diagnostic différentiel organique devant une suspicion clinique de schizophrénie. La schizophrénie est associée à une morbi-mortalité médicale importante avec une espérance de vie diminuée de 10 à 15 ans. Le traitement de la schizophrénie est nécessaire pour éviter les rechutes et minimiser les conséquences sociales de la maladie. Le traitement du premier épisode schizophrénique est essentiel pour limiter le handicap à long terme. Les neuroleptiques (NL) sont le principal traitement de la schizophrénie. Les NL de première génération (NLPG) ou typiques et de façon plus récente les NL de deuxième génération (NLDG) ou atypiques sont efficaces sur les symptômes positifs. Néanmoins les NLPG sont responsables plus fréquemment d’effets indésirables, notamment de syndromes extra-pyramidaux et de dyskinésies tardives, que les NLDG tandis que ces derniers entrainent une prise de poids plus importante. Les syndromes parkinsoniens iatrogènes (ou drug induced parkinsonism « DIP ») sont fréquemment décrits chez des patients traités par neuroleptique et se développent lors de l’exposition aux NL. Après arrêt des drogues, la majorité des patients voit leurs symptômes régresser en quelques mois. Mais dans certains cas, les patients ne récupèrent pas suggérant un possible développement d’une véritable maladie de Parkinson (MP). Plusieurs questions se posent devant ces observations. Comment distinguer les syndromes parkinsoniens iatrogènes des véritables MP ? Les schizophrènes développent-ils une MP ou ont-ils un stade préclinique parkinsonien révélé par les NL ? Les NL sont-ils toxiques à long terme sur la voie nigrostriée ? Si oui, est-ce que certaines classes sont plus toxiques que d’autres ? Chez des schizophrènes avec syndrome parkinsonien et des anomalies au DAT scan, peut-on envisager une DOPA thérapie au risque de les aggraver sur le plan psychiatrique? Quelles hypothèses pouvons-nous faire ? Premièrement, certaines caractéristiques cliniques permettent de diagnostiquer un DIP plutôt qu’une MP : syndrome parkinsonien bilatéral, présence de dyskinésies bucco-linguo-masticatoires. Deuxièmement, même si après arrêt des NL, la majorité des patients voit leur DIP s’améliorer en quelques mois, une minorité d’entre eux voit leurs symptômes parkinsoniens persister voir s’aggraver suggérant l’hypothèse d’une dégénérescence de la voie nigrostriée . Cette hypothèse est confortée par la réalisation d’études qui ont montré des anomalies à la scintigraphie cérébrale utilisant des radioligands agonistes dopaminergiques ou du transporteur présynaptique (DAT scan) chez des patients schizophrènes exposés à des agents bloqueurs des récepteurs dopaminergiques ayant développé un syndrome parkinsonien suggérant l’hypothèse d’une dénervation dopaminergique présynaptique en dehors d’un bl! ocage des récepteurs post synaptiques D2 induit par les NL. Troisièmement, des études suggèrent une possible neurotoxicité des NL sur les neurones dopaminergiques aboutissant à la mort neuronale. Pour aller plus loin cette neurotoxicité s’exprimerait chez des patients avec une susceptibilité génétique. Ceci pouvant expliquer le haut pourcentage de patients développant un syndrome parkinsonien après exposition aux NL parmi ceux avec DIP mais aussi le développement d’une MP chez des patients traités auparavant par des NL mais n’ayant pas développé de syndrome parkinsonien sous NL. Les deux objectifs de notre étude sont, dans un premier temps, de faire la synthèse de la littérature sur les mouvements anormaux chez des patients schizophrènes, notamment le syndrome parkinsonien iatrogène, et, dans un second temps, d’analyser les données de patients schizophrènes suivis dans les différents Centres de Référence français de la schizophrénie.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [172 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01417170
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : jeudi 15 décembre 2016 - 12:55:06
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:33:27
Document(s) archivé(s) le : jeudi 16 mars 2017 - 18:09:26

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01417170, version 1

Collections

Citation

Antoine Daubigney. Étude des mouvements anormaux dans une population non sélectionnée de patients ambulatoires souffrant de schizophrénie. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01417170〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

66

Téléchargements de fichiers

13