La robe en France, 1715 - 1815 : nouveautés et transgressions

Résumé : La mort du roi Louis XIV, le 1er septembre 1715 met fin au Grand Siècle, et donne naissance au XVIIIe siècle. Ainsi, le dur 17e siècle cède la place à l’aérien 18e siècle, le siècle de la volupté, de la chair sensuelle. La femme devient désirable et envoûtante, se pare de nouvelles tenues, de nouveaux attraits, qui changent et modifient la vision de la femme, les mœurs, la vision du corps. Un nouveau vestiaire apparaît dès la Régence ( 1715 - 1723 ), donnant à la mode féminine l’occasion de briller. La transformation des modes que cherchaient à réaliser les dames de la cour au soir du Grand Siècle naît sous la Régence, pour s’épanouir au siècle des Lumières. C’est le siècle qui connaît le plus de bouleversement en matière de modes et de mœurs : les modes ne cesseront de se succéder et de changer jusqu’à la Révolution française. Ces changements rapides et éphémères ne se font pas sans déplaire : les scandales agitent alors la mode française. Ainsi, du style « à la Watteau » des robes volantes de la Régence, aux robes droites et strictes de l’Empire, nous verrons que la robe en France subit toute une logique de transgression et d’assimilation de la nouveauté. C’est à travers l’étude de cinq types de robe « phares » de ce 18e siècle que nous allons voir l’évolution de la robe en France : la robe volante de la Régence, les robes « de jardin », la robe chemise, dite « chemise à la Reine » de la reine Marie-Antoinette, la robe Merveilleuse du Directoire et enfin la robe Empire. Ces cinq types de robes sont autant de témoins de l’innovation de la mode au cours de ce18e siècle : elles ont pourtant été blâmées, car elles ont été jugées trop choquantes, provocantes, inappropriées, déplacées. En faisant l’étude de chacune de ces robes, nous observons qu’elles ont déplu car elles sont chacune l’adaptation d’un modèle crée pour l’intimité de la chambre à coucher. En effet, le véritable scandale était celui-là même : le fait d’extirper du monde de l’intime, du soi, un vêtement qui a été crée pour ce milieu et qui appartient à ce milieu, pour en faire un vêtement de jour, porté dans le monde public, celui où les apparences ont une importance primordiale. Ainsi, les robes que nous avons étudiées font scandale autour de cette question, car chacune d’entre elles bascule d’un monde à l’autre, alors que la frontière entre ces deux mondes est imperméable. Se définissent alors trois horizons d’étude : la vision du corps, qui change fondamentalement, selon que le vêtement est adapté au corps ou pas, selon qu’il montre trop ou dissimule trop ; le cas du vêtement de circonstance : à chaque vêtement, chaque tenue est attribué un rôle, une fonction précise dans la société : le dévier de cette attribution, le détourner, revient à l’arracher à son contexte, et ne pas respecter les codes de l’apparence sociale, normalisée par l’étiquette et les lois somptuaires ; enfin, le vêtement comme marqueur social, comme définition même du rang de la personne qui le porte. Le rôle socio-économique du vêtement occupe une place majeure dans l’histoire de la mode. Dans la société de l’Ancien Régime, le corps doit être im-peccable, c’est-à-dire lavé de tous pêchés. Ces nouvelles robes dévoilent ou cachent trop le corps, qui devient ainsi source de nombreux questionnements. L’image du corps, perçu entre intime et public, se renouvelle, et choque par son indécence. Par exemple, la robe Merveilleuse dévoile bien trop du corps des jeunes femmes, et est bien trop impudique, alors que la robe volante, par sa forme lâche, en dissimule trop, ce qui est tout aussi indécent et suspect. Dans le cadre intime, le corps se dévoile ou se voile, de façon à n’être perçu et admis que par soi. Dans la société, il est soumis au regard d’autrui, qui, instantanément, le hiérarchise, le classe, le forme. Le corps doit être conforme à ce que la société lui impose. De fait, il existe un costume qui doit être porté en société. La société aulique de l’Ancien Régime fonctionne uniquement de cette façon : à chaque circonstance est imposée une tenue bien spécifique. Sous le règne de Louis XIV, lʼhabillement est minutieusement réglé selon lʼétat, le rang, la saison, les circonstances et jusquʼà la longueur des galons ou la matière des boutons. Ainsi, lʼhabit de cour, pour les femmes le Grand Habit, devient le costume de mise, pour les grands événement, alors que la robe de cour plus traditionnelle, la robe à la française, doit être portée dans toutes les autres occasions. Le matin et le monde de lʼintime ont aussi leur uniforme, qui ne doit être porté que dans ce cadre : le déshabillé, ou le négligé. Quand, grâce à la nouveauté incessante voulue par la mode du 18e siècle, le déshabillé se transporte dans le monde public, il fait immédiatement scandale : car en plus de déroger à lʼétiquette qui impose un habit à chaque moment de la journée, il est arraché de son monde, ce qui le rend décalé, déplacé, voire ridicule. " Enfin, un costume dans sa forme, sa substance, sa couleur, signifie juridiquement sous lʼAncien Régime, une condition, une qualité, un ordre, un état, en toute clarté, sans désaveux, ni justifications fictives. Le vêtement de l’Ancien Régime classe donc son porteur en société selon un ordre rigoureux que surdéterminent encore les contraintes matérielles. Ainsi, si le costume classe, il doit être adapté au rang de la personne qui le porte. Par exemple, dans le grand habit, la longueur de la queue de traîne est proportionnelle au rang de la dame qui la porte. Lorsque Marie-Antoinette apparaît en gaulle au Salon de 1783, la critique est scandalisée, car la reine s’est désacralisée, elle porte une chemise de coton ; en tant que reine de France, il lui revient d’indiquer son statut et son rang en portant des étoffes précieuses, telle la soie ou le velours, et de respecter les codes sociaux. Il en va de même pour la société curiale de Napoléon, qui, tout au long de son règne, tente de supprimer le port de la mousseline et de mettre en exergue le prestige de la France, par le port des somptueuses soieries lyonnaises. Encore une fois, l’appropriation de l’intime dans le monde public dérange : les matériaux légers et souples, tels que le coton, renvoient à des classes plus basses de la société. Durant un siècle, de 1715 à 1815, la transgression dans la robe se manifeste par ce basculement entre la sphère de l’intime et la sphère du public. Nous remarquons que toutes les nouvelles robes qui ont fait la mode ont présenté au moins un élément qui les rattachent au monde intime : le matériau, la coupe, la couleur. Chacune sera fortement critiquée lorsqu’elle sera portée. Cette transgression se traduit par plusieurs types de critiques, toutes centrées sur l’image que renvoie la personne, qui est très codifiée dans le monde des apparences de l’Ancien Régime et de la cour napoléonienne.
Mots-clés : Mode et costume Robe
Type de document :
Mémoires
Art et histoire de l'art. 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [102 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01547219
Contributeur : École Du Louvre Paris <>
Soumis le : lundi 26 juin 2017 - 14:53:14
Dernière modification le : mardi 10 octobre 2017 - 13:47:49

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01547219, version 1

Collections

Citation

Charlotte Stephan. La robe en France, 1715 - 1815 : nouveautés et transgressions . Art et histoire de l'art. 2014. 〈dumas-01547219〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

35

Téléchargements de fichiers

54