Hémiarthroplasties de l’épaule avec implants en pyrocarbone chez les patients jeunes de 55 ans et moins : étude prospective multicentrique à deux ans de recul

Résumé : Introduction : la prise en charge de l’articulation gléno-humérale dégénérative chez le sujet jeune (≤55ans) est complexe, et, à l’heure actuelle, aucune solution n’est fiable sur le long terme. L’introduction du pyrocarbone dans l’épaule pourrait permettre de palier aux problèmes des glénoïdites des hémiarthroplasties dites classiques, sans les contraintes d’une instrumentalisation de la glène. Le but de notre étude est d’analyser les résultats à deux ans des hémiarthroplastie en pyrocarbone chez le sujet jeune (≤55 ans). Matériel et Méthodes : l’étude a été réalisée de manière prospective, multicentrique, entre juillet 2013 et avril 2015. A deux ans post opératoire, 25 hémiarthroplasties en pyrocarbone Aequalis™ Ascend™ Flex (Tornier) ont pu être analysée. L’âge moyen était de 45,44 ans. On retrouvait 10 arthroses primitives, 7 secondaires, 7 ostéonécroses et une polyarthrite rhumatoïde. Une évaluation clinique (score de constant, mobilité, EVA et SSV, score de satisfaction) et radiologique (radiographies face trois rotations et profil de Lamy pré et post opératoire et TDM pré opératoire) était réalisée en pré opératoire et à deux ans de la chirurgie. Les radiographies permettaient de classer l’usure de la glène en : pas d’atteinte, atteinte légère, modérée ou sévère. Résultats : le taux de survie à deux ans était de 96,15%, avec un cas de changement de prothèse pour persistance des douleurs et limitation des amplitudes articulaires (mais pas d’amélioration de la symptomatologie post reprise). Le score de Constant est passé de 33,86 à 72,56/100 en post opératoire. Au niveau des mobilités on retrouvait une amélioration de plus de 40° dans l’élévation antérieure et de plus de 20° en rotation externe 1 a deux ans. La partie mobilité du score de Constant est passé en moyenne de 17,18 à 30,41/40 à deux ans. Le SSV est passé d’environ 30% à plus de 70% a deux ans, mais le résultat et l’amélioration de celui-ci étaient moins bons dans les cas d’ostéonécroses. L’EVA, quant à elle, est passée de 6,29 à 1,75/10 en post opératoire. D’un point de vue radiologique, on retrouvait une progression de l’usure radiologique dans 5 cas (20%). Conclusion : les hémiarthroplasties en pyrocarbone semblent être une solution viable, bénéficiant des avantages des hémiarthroplasties dites classiques et des prothèses totales sans leurs inconvénients respectifs. De plus, le caractère convertible de l’implant est un avantage majeur en cas de nécessité de reprise. Le suivi prospectif de ces patients permettra de confirmer cette hypothèse.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [58 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01652013
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 29 novembre 2017 - 18:20:44
Dernière modification le : mardi 12 décembre 2017 - 01:20:25

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2018-12-01

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01652013, version 1

Collections

Citation

Edouard Harly. Hémiarthroplasties de l’épaule avec implants en pyrocarbone chez les patients jeunes de 55 ans et moins : étude prospective multicentrique à deux ans de recul. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01652013〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

5