Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Comparison of the vernacular earthen architecture in Goa (past Portuguese colony in India) and Alentejo (Portugal): local building cultures and conservation approaches

Résumé : Je fais l’hypothèse que en rassemblant des informations qui enrichissent notre compréhension des cultures constructives locales et des approches de conservation dans les deux régions, nous contribuons à faciliter l’entretien de ces bâtiments en terre aujourd’hui. En m’engageant dans des projets de conservation du patrimoine à Goa, où j’ai grandi, j’ai constaté que diverses études parlent de l’influence portugaise sur les bâtiments publics, les églises et les demeures de Goa. Cependant, j’ai réalisé que la documentation disponible laissait un vide qui ne permettait pas une conservation globale du patrimoine architectural de Goa. Il y a peu de documentation sur les matériaux et les techniques utilisés pour construire ces structures, ainsi que sur les méthodes utilisées pour les entretenir. Ce qui est resté en grande partie ignoré, ce sont les maisons des habitants, dont beaucoup sont construites en terre — et sont en train de disparaître rapidement. Alors que de nombreux échanges culturels, notamment entre Goa et le Portugal, portent sur l’architecture « Indo‐portugaise », la terre comme matériau de construction, n’a guère retenu l’attention — même si elle fait partie intégrante du patrimoine et que les maisons en terre constituent une grande partie de son paysage architectural. Malheureusement aujourd’hui, le patrimoine architectural en terre à Goa et aussi au Portugal reçoivent moins d’attention et est en danger à cause de nombreuses raisons. Bien qu’il y ait des maisons en bon état, il y a de plus en plus de maisons qui sont détruites, dégradés ou qui sont en état de dégradation. À Goa, comme plusieurs régions dans le monde, les maisons en terre sont associées à la pauvreté. Du coup, avec l’augmentation du statut socio‐économique des habitants, de plus en plus de gens choisissent de casser les maisons en terre et de les remplacent avec des maisons en pierres‐latérite et en ciment. Pendants mes études et voyages en Inde et Europe, j’ai remarqué que dans plusieurs régions, comme à Goa et au Portugal, il y a des habitants qui choisissent de rénover les maisons en ajoutant des bains modernes, des carreaux céramiques, de l’enduit en ciment, etc. Mais en analysant, il devient de plus en plus évident que les dégâts sont sous forme de remonté capillaire, d’humidité dans les murs, etc., et commence juste quelques années après la rénovation. Il montre qu’il nous manque les bonnes connaissances au niveau théorique et pratique pour faire l’entretien, et/ou la conservation et/ou la restauration et/ou la rénovation de ces maisons dans le but d’assurer une meilleur longévité et aussi une amélioration de l’esthétique.
Complete list of metadatas

Cited literature [181 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02472739
Contributor : Craterre Ensag <>
Submitted on : Monday, February 10, 2020 - 12:49:05 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:51:50 PM
Long-term archiving on: : Monday, May 11, 2020 - 3:26:27 PM

File

17720_Rodrigues_archi_vernacul...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02472739, version 1

Citation

Chenelle Fatima Rodrigues. Comparison of the vernacular earthen architecture in Goa (past Portuguese colony in India) and Alentejo (Portugal): local building cultures and conservation approaches. Humanities and Social Sciences. 2020. ⟨dumas-02472739⟩

Share

Metrics

Record views

98

Files downloads

50