La notion de désir chez les Épicuriens - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

The notion of desire in Epicurean philosophy

La notion de désir chez les Épicuriens

Abstract

As desire cannot be reduced to reason, a philosophy attempting to understand this passion is forced to reveal its ethical postulates. Moreover, it is impossible for a philosophy positing pleasure both as the sovereign good and as the object of all wishes to sidestep the study of desire. Hence, this dissertation intends to identify and analyse the epicurean theory of desire. The phyiscal logic of desire, which finds its roots in epicurean atomism, enables to discern not only the inner workings of this passion, but also its definition, that is, its delimitation in relation to human nature. From pain to assuagement, from want to satisfaction, desire gives the impetus towards the limit of perfection, the attainment of which confers divine status. But as soon as this limit is crossed, desire starts working against us, becoming impossible to satisfy and thereby an endless source of torment. Once this realm of desire is defined, one can draw up its inner map, notably thanks to the Letter to Menoeceus, which also enables to understand the epicurean ethical theory of desire. However, the classification contained in the Letter should not be conceived as an infallible guide that explicitly tells us how to handle our desires. When a choice has to be made, it is only by following the criterion of pleasure that one can be sure to take the right decision. But this requires to understand the exact nature of the ultimate pleasure, that is, of perfection. Its first element consists in the absence of bodily and spiritual trouble, a state attained by the pursuit of specific types of pleasures. But perfection also implies the attainment of positive pleasure. This study, that primarily relies on the ethical texts written by Epicurus (in Jean Bollack's translation), is completed by analyses of fragments from Diogenes of Oenoanda and of Philodemus de Gadara's treatise, On Choices and Avoidances (the column VI of which is interpreted in the annex). This work also draws from the texts of Lucretius, but following Pierre Vesperini's thesis, he is considered as a witness of epicurism rather than as a follower of this school of thought.
Le désir ne pouvant être réduit à la raison, l’appréhension de cet affect par une philosophie la contrait à révéler ses partis-pris éthiques. L’épicurisme, en plaçant le plaisir comme souverain bien et but de tous les vœux, ne peut échapper à la question du désir. Au fil des textes et des fragments qui nous restent se dessine par petites touches une certaine pensée du désir. C’est ce traitement épicurien des désirs que ce mémoire se propose de dégager. La logique physique de cet affect, que l’on peut tirer de l’atomisme épicurien, permet de comprendre le fonctionnement du désir ainsi que ses limites, c’est-à-dire sa définition dans le cadre du corps humain. De la douleur à l’apaisement, du manque à la satisfaction, le désir donne l’élan vers la limite du corps qui est la perfection, laquelle nous rend divin. Au-delà de cette limite, ce bénéfice n’est plus valide et se transforme en source de maux sans fin, sans satisfaction possible. Une fois bien délimité ce champ du désir, on peut en dégager une cartographie interne à partir des termes désignant les désirs et de la célèbre classification de la Lettre à Ménécée, qui structure la théorie éthique du désir. Cependant, ce cadre ne suffit pas à décider de la poursuite ou l’abandon d’un désir concret. Seul le plaisir, en tant que but, est le critère d’un tel choix. Mais ce plaisir doit être conçu comme le souverain bien qui comprend en positif des plaisirs particuliers et en négatif l’absence de trouble du corps et de l’âme, ce qui nécessite de renoncer à la poursuite de certains plaisirs. Cette étude s’appuie sur les textes éthiques d’Épicure dans la traduction proposée par Jean Bollack, ainsi que sur les fragments de Diogène d’Oinoanda et sur ceux du traité de Philodème de Gadara, Des choix et des rejets (dont la colonne VI est interprétée en annexe). Lucrèce est pris comme un témoin indispensable de l’épicurisme sans en être pour autant acteur, selon la thèse de Pierre Vesperini.
Fichier principal
Vignette du fichier
Charlois_Célia_La_notion_de_désir_chez_les_épicuriens.pdf (834.69 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02491865 , version 1 (26-02-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02491865 , version 1

Cite

Célia Charlois. La notion de désir chez les Épicuriens. Philosophie. 2019. ⟨dumas-02491865⟩
252 View
1875 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More