Étude de l’hypersensibilité électromagnétique : effets génotoxiques des ondes radiofréquences - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Study of the electromagnetic hypersensitivity: genotoxic effects of radiofrequencies

Étude de l’hypersensibilité électromagnétique : effets génotoxiques des ondes radiofréquences

Coline Mahé
  • Function : Author
  • PersonId : 1091766

Abstract

In recent years, electromagnetic hypersensitivity (EHS) has become a subject of controversy. This pathology is characterized by a self-diagnosis of patients who attribute their symptoms to millimeter waves (OM) exposures (30 - 300 GHz), but, to date, no causal relationship between exposures and these symptoms has been demonstrated. The purpose of this internship is to determine if OM generate genotoxic stress and compare this response on cells from healthy and electrohypersensitive patients. Commercial skin fibroblasts (HDFA) and samples from electrohypersensible patients, or not, are exposed 14 h at 60 GHz with or without potassium bromate (KBrO3), a known oxidizing agent. Genotoxic stress is studied through the activation of the ATM protein-dependent repair system by immunofluorescence and by RT-qPCR and Western Blot. We observed that ATM activation was impaired for some samples when exposed to OM. In addition, the expression of genes involved in DNA repair was not modified but the level of phosphorylation of certain proteins (XRCC1) increased after exposing the HDFA. This study, although incomplete, opens a trail on the mechanism involved in EHS.
Depuis quelques années, l'hypersensibilité électromagnétique (EHS) est devenue un sujet de controverse. Cette pathologie se caractérise par un autodiagnostic des patients qui attribuent leurs symptômes aux expositions aux ondes millimétriques (OM) (30 à 300 GHz), mais, à ce jour, aucun lien de cause à effet entre les expositions et ces symptômes n’a été démontré. Le but de ce stage est de déterminer si les OM génèrent un stress génotoxique et de comparer cette réponse sur des cellules issues de personnes saines et électrohypersensibles. Des fibroblastes de peau commercial (HDFA) et des échantillons issus de personnes électrohypersensbiles, ou non, sont exposés 14 h à 60 GHz avec ou sans bromate de potassium (KBrO3), un agent oxydant connu. Le stress génotoxique est étudié via l’activation du système de réparation dépendant de la protéine ATM par immunofluorescence et par RT-qPCR et Western Blot. Nous avons observé que l’activation d’ATM était altérée pour certains échantillons lors d’exposition aux OM. De plus, l’expression de gènes impliqués dans la réparation de l’ADN n’était pas modifiée mais le niveau de phosphorylation de certaines protéines (XRCC1) augmentait sous exposition des HDFA. Cette étude, bien qu’inachevée, ouvre une piste sur le mécanisme impliqué dans l’EHS.
Fichier principal
Vignette du fichier
2019_Mahé_Coline_BMC.pdf (424.15 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02649427 , version 1 (29-05-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02649427 , version 1

Cite

Coline Mahé. Étude de l’hypersensibilité électromagnétique : effets génotoxiques des ondes radiofréquences. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02649427⟩
64 View
71 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More