Tumeur de novo du greffon rénal : une entité particulière ? : étude rétrospective à partir d’une base de données nationale - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

De novo renal graft carcinomas: are they a different entity? : a retrospective multicentric national study

Tumeur de novo du greffon rénal : une entité particulière ? : étude rétrospective à partir d’une base de données nationale

Abstract

De novo renal allograft tumors are a rare entity. The prevalence is expected to increase due to the aging of the population and the increased lifespan of kidney transplant patient (KTR). There are no recommendations for the management of renal cell carcinoma (RCC) of the allograft. We carried out a multicentric retrospective national study. The data were collected in 32 French transplantation centers between 1988 and 2018. One hundred and twenty-three RCC of the allograft were diagnosed among 56 806 KTR (incidence 0.21%). Mean age at diagnostic was 50.1 years with a 2.24 men/women sex ratio. Mean size was 27.7mm. Eighty-two (78.8%), 108 (94.2%) and 57 (46.3%) were respectively low grade (Fuhrman 1-2), T1 stage and papillary carcinoma subtype. Ninety-six (78%) tumors were diagnosed by routine surveillance imaging. Mean time lapse between transplantation and RCC diagnosis was 143 months. Patients were treated by transplantectomy, partial nephrectomy and focal therapy in respectively 42 (34.4%), 58 (40,6%) and 21 (17.2%) cases. The estimated 5-year cancer specific survival rate was 97%. Mean following time was 60.5 months. Most of RCC allografts are diagnosed incidentally. They were small, low grade with more papilla subtype than in general population. Conservative treatment is feasible and safe, it should be preferred when possible to avoid return to dialysis. Annual screening by imaging seems essential.
Les tumeurs « de novo » du greffon rénal sont une entité rare dont la prévalence risque d’augmenter avec le vieillissement de la population et l’allongement de l’espérance de vie des patients greffés rénaux. Il n’existe pas de recommandations sur la prise en charge des carcinomes à cellules rénales (CCR) du greffon qui semblent être une entité particulière. Nous avons réalisé une étude nationale rétrospective incluant 32 centres de transplantation français entre 1988 et 2018. Parmi toutes les tumeurs du greffon rénal, nous avons étudié spécifiquement les CCR. Cent vingt-trois CCR ont été diagnostiqués chez 56 806 patients transplantés (incidence 0,21%). L’âge moyen au diagnostic était de 50,1 ans et le sexe ratio homme/femme de 2,24. La taille moyenne était de 27,7 mm. Quatre-vingt-deux (78,8%), 108 (94,2%) et 57 (46,3%) tumeurs étaient respectivement de bas grade (Fuhrman 1-2), de stade pT1 et de type papillaire. Quatre-vingt-seize tumeurs (78%) ont été diagnostiquées lors d’une imagerie systématique. Le délai moyen entre la greffe et le diagnostic était de 143 mois. Les patients ont été traités par transplantectomie, néphrectomie partielle et thérapies focales dans respectivement 42 (34,4%), 58 (40,6%) et 21(17,2%). La survie spécifique à 5 ans était de 97% avec un suivi moyen de 60,5 mois. La majorité des CCR du greffon sont majoritairement découverts de manière fortuite. Ils sont de petite taille, de bas grade avec une proportion élevée de type papillaire. Le traitement conservateur est faisable et sûr, il doit être privilégié lorsqu’il est possible pour éviter le retour en dialyse. Le dépistage annuel par une imagerie du greffon semble indispensable.
Fichier principal
Vignette du fichier
SZABLA Nicolas_Chir G.pdf (1.39 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-02940489 , version 1 (16-09-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02940489 , version 1

Cite

Nicolas Szabla. Tumeur de novo du greffon rénal : une entité particulière ? : étude rétrospective à partir d’une base de données nationale. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-02940489⟩
82 View
191 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More