Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Intérêt de la cholangio-pancréato-IRM dans le bilan étiologique d'une pancréatite aigue d'origine indéterminée

Résumé : Objectif :
La pancréatite aiguë est une pathologie fréquente. Dans 20 % des cas, il n’y a pas d’étiologie retrouvée lors du bilan étiologique initial (échograpie et tomodensitométrie). L’intérêt de rechercher une étiologie à un épisode de PA, est de prévenir d’éventuelles récidives et complications ainsi que de rechercher d’éventuelles maladies graves telles que les tumeurs. L’objectif principal de l’étude était de connaître l’apport de la cholangio-pancréato-IRM chez les patients présentant une pancréatite aiguë d’origine indéterminée. L’objectif secondaire était de chercher des facteurs prédictifs de cette étiologie.
Matériel et méthode :
Nous avons réalisé une étude rétrospective, monocentrique. Entre Septembre 2014 et Septembre 2019, au CHU de Rouen, 118 patients ont été inclus. Ceux-ci ont présenté un épisode de pancréatite aiguë (définie par les critères d’Atlanta 2012) d’origine indéterminée initialement et une IRM abdominale à distance pour bilan étiologique. Pour chaque patient, nous avions recueilli les données clinico-biologiques initiales, de l’échographie abdominale et du scanner abdomino-pelvien initial, les données de l’IRM abdominale, ainsi que les données d’éventuelle écho-endoscopie et le diagnostic final retenu.
Résultats :
L’IRM a retrouvé une étiologie dans 47 % des cas. Les étiologies retrouvées étaient les suivantes: calculs biliaire, TIPMP, pancréatite chronique, pancréatite auto-immune, pancréas divisum et un cas de tumeur pancréatique. Cependant, 26% des patients n’avaient pas d’étiologie retrouvée lors du bilan étiologique global (incluant l’écho-endoscpie). Concernant les objectifs secondaires, nous n’avons trouvé qu’une faible corrélation entre la lipasémie et les résultats IRM (p = 0,038). Une IRM négative était plus souvent retrouvée chez les patients les plus jeunes (moyenne: 54,1 ans [DS 17,7 ; 43,0-66,8]). Les pancréatites chroniques étaient, elles, retrouvées chez les patients plus âgés (âge moyen: 62,3 ; [DS 13,5 ; 55,5-69,5]). Dans notre étude, l’écho-endoscopie retrouvait significativement plus de calcul que l’IRM (p < 0,001). Le sexe, la perturbation du bilan hépatique, le CTSI au scanner initial ne sont pas liés aux résultats de l’IRM.
Conclusion :
L’IRM pancréatique secondaire retrouve une étiologie dans 47% des cas ces les patients présentant des pancréatite aiguë (essentiellement : maladie biliaire lithiasique, TIPMP, pancréatites chroniques, pancréas divisum, pancréatites auto-immunes) d’autant plus que ceux-ci sont âgés. Sa place est donc importante pour la prise en charge des patients aux cotés de l’endoscopie.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [64 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02949038
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, September 25, 2020 - 12:02:42 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:53:31 PM

File

Riffi Mohamed.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02949038, version 1

Citation

Mohamed-Amin Riffi. Intérêt de la cholangio-pancréato-IRM dans le bilan étiologique d'une pancréatite aigue d'origine indéterminée. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-02949038⟩

Share

Metrics

Record views

21

Files downloads

5