Molécules hybrides antiplasmodiales ciblant les parasites résistants à l’artémisinine - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Antiplasmodial hybrid molecules targeting artemisinin resistant parasites

Molécules hybrides antiplasmodiales ciblant les parasites résistants à l’artémisinine

Abstract

Malaria, parasitic disease caused by Plasmodium spp. and transmitted by anopheles, is the deadliest parasitic disease in the world. Preventive measures combined with many available drugs allowed to reduce the impact of this disease since the 90s. Those advances are questioned for some years with the appearance of a resistance targeting artemisinin and its derivatives. Those derivatives, with other drugs of different therapeutic classes, form the artemisinin-based combined therapies, first line of treatment against malaria. The responsible mutated gene is Pfkelch13, highlighted on 2010. Since then, the resistance’s mechanism is known: in presence of an artemisinin derivatives, the parasite is able to enter a quiescent stage thus inducing an insensitivity to treatment. Some metabolic pathways are still actives in those quiescent parasites, making them interesting targets to kill resistant parasites. This document constitutes a review of the state of malaria. This review of the state allows to introduce medicinal chemistry works about the synthesis of hybrid compounds containing molecules targeting metabolic pathways that are still active in quiescents parasites.
Le paludisme, maladie parasitaire causée par Plasmodium spp. et transmise par les anophèles, est la parasitose la plus mortelle au monde. Les moyens de lutte préventive en association avec de nombreux médicaments à disposition a permis de réduire l’impact de cette maladie depuis les années 1990. Ces progrès sont remis en question depuis quelques années par l’émergence d’une résistance à l’artémisinine et ses dérivés. Ces derniers, avec d’autres antipaludiques de classes thérapeutiques différentes, composent les thérapies combinées à base d’artémisinine, première ligne de traitement contre le paludisme. Le gène mutant responsable de la résistance est Pfkelch13, mis en évidence en 2010. Depuis, le mécanisme de résistance est connu : en présence d’un dérivé d’artémisinine, le parasite est capable de rentrer dans un état de quiescence le rendant insensible au traitement. Quelques voies métaboliques sont encore actives chez ces parasites quiescents et constituent des cibles potentielles pour éliminer ces parasites. Ce document dresse un état des lieux actuel concernant le paludisme. Cet état des lieux permet d’introduire des travaux de chimie médicinale portant sur la synthèse de composés hybrides comportant des molécules actives sur les voies métaboliques encore actives chez les parasites quiescents.
Fichier principal
Vignette du fichier
MUSTIERE.romain.pdf (3.48 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03095482 , version 1 (04-01-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03095482 , version 1

Cite

Romain Mustière. Molécules hybrides antiplasmodiales ciblant les parasites résistants à l’artémisinine. Sciences pharmaceutiques. 2020. ⟨dumas-03095482⟩
82 View
478 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More