Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La boxe thaïlandaise, un art-limite entre violence et construction : le muay thaï, ou quand l’esprit donne corps

Résumé : La boxe thaïlandaise, aussi connue sous le nom de muay thaï, oscille entre deux pôles contradictoires que sont sa méconnaissance auprès du grand public et sa réputation d’art-limite, quintessence de la violence dans le sport. Peu connue car peu pratiquée en Europe, cette boxe exotique est à la Thaïlande ce que le football est à la France.
En France – car c’est sur ce terrain que se focalisera notre étude – les pugilistes sont en si petit nombre que la méconnaissance de cette discipline donne lieu à une prolifération d’imaginaires en tout genre fondés sur une appréhension globale de la boxe, conçue alors simplement comme une « bagarre permise » selon l’observateur externe. Avide de spectacle sanguinaire, le voyeurisme du grand public se trouve rassasié par le spectacle cathartique qu’incarne le combat de muay thaï, le spectateur n’y voyant alors qu’une représentation de la violence, voire de la mise à mort.
Loin cependant de promouvoir une violence gratuite opposant deux combattants dont seulement l’un s’en sortira indemne, la boxe thaïlandaise s’articule autour d’un processus profondément collectif, un habitus pugiliste, par lequel l’individu s’efface derrière un nouveau statut transcendant, celui du boxeur. Une fois acquis, cette identité pugiliste permet alors au boxeur de se repenser comme étranger à lui-même et ainsi de se concevoir comme entité composée charnellement et psychiquement de deux attributs aux capacités et idéaux bien différents. Là où le corps tend à rappeler au boxeur ses besoins primaires, l’esprit, lui, tente de lui faire oublier sa finitude en en repoussant les limites. Par ce travail sur lui-même, le pugiliste se construit une nouvelle identité, une nouvelle présentation de soi dont la complexité échappe profondément à l’outsider, c’est-à-dire à l’observateur externe.
Mais ce qui échappe d’autant plus à l’outsider se trouve être la présence des femmes dans ce monde si porté sur le concept de virilité. C’est alors un véritable bras de fer qu’entreprenne les boxeuses afin de faire valoir leur statut et leur légitimité par la mise en lumière d’un corps volontairement asexué, n’en déplaise à l’imaginaire collectif.
Finalement, ce corps ne serait pas simplement l’apanage des boxeuses en quête de reconnaissance, mais bien la nouvelle norme du corps du boxeur de muay thaï, qui, fort de son travail psychique, aurait finalement réussi à mettre à distance son enveloppe charnelle. C’est donc une véritable renaissance que les boxeurs de muay thaï entreprennent par l’exercice de cette violence tant décriée.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03272356
Contributor : Clara Musy Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, June 28, 2021 - 11:58:09 AM
Last modification on : Tuesday, July 13, 2021 - 3:30:12 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, September 29, 2021 - 7:03:17 PM

File

CLEMENT Aurore_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03272356, version 1

Citation

Aurore Clément. La boxe thaïlandaise, un art-limite entre violence et construction : le muay thaï, ou quand l’esprit donne corps. Sciences de l'information et de la communication. 2020. ⟨dumas-03272356⟩

Share

Metrics

Record views

39

Files downloads

39